Pakistan : Louise Arbour engage le gouvernement à résoudre la crise judiciaire

27 juin 2008

De retour du Pakistan où elle effectuait son dernier voyage officiel en tant que Haut Commissaire aux droits de l'homme, Louise Arbour a engagé le gouvernement à résoudre la crise judiciaire que connaît le pays dans le respect des droits de l'homme et en garantissant la sécurité de l'Etat.

« Un système judiciaire indépendant est la pierre angulaire de toute société démocratique », a lancé

Louise Arbour, avertissant que la crise judiciaire que connaît actuellement le Pakistan « risque de paralyser les capacités du nouveau gouvernement».

La crise tient à la composition de la Cour suprême, dont le Président avait été renvoyé l'année dernière par le gouvernement de Pervez Musharraf, indique la presse.

La Haut Commissaire a engagé les parties à trouver un consensus aussi tôt que possible, signalant toutefois que le rétablissement des juges qui siègent à la Cour ne devait en aucun cas en compromettre l'indépendance.

En matière de sécurité, Louise Arbour a signalé que certaines opérations antiterroristes menées par le gouvernement avaient entraîné des violations des droits de l'homme, notamment des cas de disparitions forcées.

Elle a également relevé que dans les provinces de l'ouest du pays, des accords de paix signés avec certains groupes de militants avaient sapé l'autorité de l'Etat dans les zones contrôlées par ces derniers, provoquant de graves violations des droits de la population locale, en particulier des femmes et des filles.

« J'ai conscience du fait que le Pakistan fait face à une période remplie de défis, alors qu'il s'efforce de gérer sa transition vers la démocratie et d'équilibrer et stabiliser les institutions de l'Etat, tout en affrontant des difficultés économiques et en étant en première ligne de la lutte contre le terrorisme ».

Dans un même temps, la Haut Commissaire a salué l'engagement de la société civile pakistanaise, notamment la mobilisation des mouvements d'avocats, de défenseurs des droits de l'homme, de partis politiques et de syndicats.

« J'ai été profondément impressionnée par la mobilisation historique de la société civile pour défendre la démocratie et l'état de droit », a-t-elle notamment déclaré. « Ce mouvement a eu un effet transformateur sur la sensibilisation de la population à ses droits et à sa capacité d'inciter au changement ».

Elle s'est également félicitée de l'assouplissement des restrictions imposées aux médias au cours de la dernière décennie, rappelant que ceux-ci ont un rôle important à jouer dans une société démocratique.

« Dans l'ensemble, ces facteurs me donnent l'espoir que le Pakistan possède à la fois les ressources et la ténacité pour surmonter les nombreux défis qui se profilent à l'avenir ».

Pendant son déplacement, Louise Arbour s'est entretenue avec le président et le premier ministre du Pakistan, ainsi qu'avec d'autres représentants du gouvernement et de la société civile.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Louise Arbour effectuera son dernier voyage officiel au Pakistan

La Haut Commissaire aux droits de l'homme, Louise Arbour, se rendra au Pakistan cette semaine. Ce sera le dernier voyage officiel de son mandat qui prend fin le 30 juin.