Louise Arbour demande justice pour les victimes de violences politiques au Zimbabwe

26 juin 2008

La Haut Commissaire aux droits de l´homme, Louise Arbour, a demandé aujourd'hui « justice et responsabilisation » en réaction à la campagne de violences politiques qui a marqué le processus électoral au Zimbabwe.

« De graves violations des droits de l'homme et l'impunité qui sont principalement attribuables aux groupes découlant du parti ZANU PF au pouvoir et, dans certains cas, du parti MDC, sont inacceptables et doivent cesser immédiatement. Les victimes et leur famille méritent la justice et ceux qui ont perpétré ces crimes doivent être tenus pour responsables » a lancé Louise Arbour.

La Haut Commissaire a estimé que la crise actuelle que connaît le Zimbabwe était une « perversion de la démocratie », précisant que le respect des droits fondamentaux et de l'état de droit sont au cœur de tout processus politique et démocratique sérieux, a rapporté un communiqué publié aujourd'hui à Genève.

La Haut Commissaire a ajouté que les acteurs politiques internationaux qui appuient le Zimbabwe pour aider ce pays à retrouver le chemin vers une paix durable, le respect de l'état de droit et la stabilité, ne doivent pas négliger les « demandes légitimes » des victimes en matière de justice.

Louise Arbour a salué la poursuite des efforts régionaux et internationaux visant à résoudre la crise, et a estimé que les efforts de médiation doivent être guidés par la nécessité de rendre justice et d'inciter à la responsabilisation. C'est un premier pas essentiel vers la réconciliation, a-t-elle indiqué.

Elle a également réitéré le besoin de mettre en place des « consultations nationales participatives d'envergure » au Zimbabwe afin d'établir un mécanisme approprié pour résoudre la crise.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Zimbabwe : Louise Arbour dénonce les abus gouvernementaux qui exacerbent la crise alimentaire

Les violations des droits fondamentaux commises par les gouvernements sont souvent la source des crises alimentaires et entravent les efforts pour nourrir les populations affectées, a dénoncé aujourd'hui la responsable des droits de l'homme aux Nations Unies, Louise Arbour, qui a cité l'exemple du Zimbabwe.