L'OMS établit de nouvelles normes pour réduire les risques de la chirurgie

25 juin 2008

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié aujourd'hui une nouvelle liste de contrôles pour rendre la chirurgie plus sûre partout dans le monde, alors que 234 millions d'interventions chirurgicales majeures sont pratiquées chaque année, soit une pour 25 personnes, et que des études indiquent des complications, voire des décès, pour une proportion non négligeable d'entre elles.

«Les traumatismes et les décès évitables dus à la chirurgie sont une source croissante de préoccupation », a signalé le Dr Margaret Chan, directeur général de l'OMS. « L'utilisation de cette liste de contrôle est le meilleur moyen de réduire les erreurs chirurgicales et d'améliorer la sécurité des patients.»

Plusieurs études ont montré que, dans les pays industrialisés, de graves complications surviennent dans 3 à 16% des interventions sur les patients hospitalisés, avec des taux d'incapacité définitive et de mortalité d'environ 0,4 à 0,8%.

Dans les pays en développement, les taux de mortalité seraient de 5 à 10% pour les interventions majeures, indique un communiqué publié aujourd'hui par l'OMS.

On signale également que la mortalité imputable à la seule anesthésie générale serait de 1 sur 150 dans certaines régions d'Afrique subsaharienne. Les infections et les autres complications postopératoires posent aussi un grave problème dans le monde.

«Depuis plus d'un siècle, la chirurgie est devenue un élément essentiel des systèmes de santé dans le monde entier », explique le Dr Atul Gawande, chirurgien et professeur à Harvard, qui a mis au point cette liste de contrôle.

« Bien qu'on ait fait de grands progrès au cours des dernières décennies, il est consternant de constater à quel point la qualité et la sécurité des soins chirurgicaux varient dans le monde. L'initiative 'une chirurgie sûre sauve des vies' vise à changer la situation en améliorant les normes auxquelles les patients peuvent s'attendre partout dans le monde.»

Cette liste de contrôle définit trois phases lors des interventions chirurgicales: avant l'induction de l'anesthésie, avant l'incision et avant la sortie du patient du bloc opératoire.

Au cours de chacune de ces phases, un coordonnateur de la liste doit être autorisé à confirmer que l'équipe a fait toutes les tâches nécessaires avant de pouvoir continuer. Il vérifie par exemple avant l'induction de l'anesthésie, que le site de l'intervention a été marqué et que les allergies connues du patient ont été notées ou, avant la sortie du bloc opératoire, que les instruments, les éponges et les aiguilles ont été comptés.

Les premiers résultats obtenus lors de tests conduits auprès d'un millier de patients sur huit sites pilotes dans le monde montrent que l'utilisation de cette liste a fait progresser le respect des normes de soins de 36 à 68% et, dans certains hôpitaux, à des niveaux proches de 100%.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

OMS : Les pathologies chroniques principales causes de décès dans le monde

Selon un nouveau rapport publié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les maladies non transmissibles et certains états pathologiques chroniques, comme les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux, tuent davantage que les maladies infectieuses.