Palestine : l'insécurité alimentaire est liée à l'instabilité politique

19 juin 2008

Trois agences de l'ONU ont publié aujourd'hui un rapport qui établit que la cause principale de l'insécurité alimentaire en Palestine est de nature politique et découle des mesures militaires et administratives imposées par Israël aux territoires palestiniens occupés.

Ce nouveau rapport de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM) signale que la situation est particulièrement grave pour les habitants de la bande de Gaza, du fait du blocus économique qui y est imposé.

« La récession économique a provoqué un besoin bien plus important en aide alimentaire, alors que le blocus rend la fourniture de nos services plus difficile. Les réfugiés palestiniens font face à une triple menace : la hausse des prix, une plus grande dépendance à l'aide humanitaire et un nombre plus important de restrictions », a signalé Karen AbuZayd, la Commissaire générale de l'UNRWA.

La flambée du prix des aliments, la chute des salaires et l'augmentation du chômage mettent en péril la vie des Palestiniens et les obligent à s'endetter et à changer leurs habitudes alimentaires, ont également averti ces agences.

«Il devient de plus en plus difficile de subvenir aux besoins croissants du peuple Palestinien », a indiqué la représentante du Programme alimentaire mondial (PAM) dans les territoires palestiniens occupés. « De plus en plus de gens souffrent de la faim et de l'insécurité alimentaire, et nous craignons que leur santé et leur bien-être ne se détériorent rapidement. »

Le rapport indique que le pouvoir d'achat des Palestiniens a fortement chuté, alors que la population dépend de plus en plus de l'importation des vivres. Il signale également que le secteur agricole de la bande de Gaza est sur le point de s'effondrer.

Le prix des aliments de base a augmenté de 70% en Cisjordanie et de 32% dans la bande de Gaza. Les travailleurs de Cisjordanie et de Gaza dépensent respectivement 56% et de 66% de leur salaire en nourriture, et de nombreux Palestiniens ont du réduire leur consommation de fruits, de légumes et de viande. Depuis le mois de janvier, 75% des Palestiniens s'alimentent en moindre quantité.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.