Zimbabwe : L'UNICEF demande la levée du gel de l'assistance humanitaire

13 juin 2008

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a demandé aujourd'hui la reprise immédiate des programmes d'aide destinés aux enfants du Zimbabwe. Ces programmes avaient été interrompus la semaine dernière suite au gel de l'assistance humanitaire décrété le 5 juin par le gouvernement de Robert Mugabe.

« La situation au cours de la dernière semaine s'est fortement aggravée pour les enfants du Zimbabwe», a signalé le porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) dans ce pays.

En effet, près de 500.000 d'entre eux ne reçoivent plus les soins, l'éducation et la nourriture dont ils ont besoin, précise un communiqué publié aujourd'hui par l'UNICEF.

Un taux élevé de mortalité dû au VIH/sida a laissé le pays avec le nombre le plus important d'orphelins par habitant au monde. L'UNICEF venait en aide à plus de 185.000 d'entre eux avant de devoir interrompre ses programmes.

L'agence est également préoccupée par le nombre important d'actes de violence que connaît le pays à l'approche du deuxième tour des élections présidentielles, et de leurs effets sur les enfants.

L'UNICEF a ainsi rapporté que des milliers d'enfants n'ont pas pu retourner à l'école a cause de cette violence politique et que nombre d'entre eux, certains âgé de deux ans seulement, ont été battus.

« Nous affrontons plusieurs semaines d'incertitude », a ajouté le porte-parole de l'UNICEF. « C'est maintenant l'hiver, et les enfants ne peuvent se permettre d'être retenu otage par des machinations politiques ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gel de l'assistance au Zimbabwe : John Holmes condamne une décision 'déplorable'

Le chef des opérations humanitaires des Nations Unies, John Holmes, a qualifié aujourd'hui de 'déplorable' la décision du gouvernement du Zimbabwe de forcer toutes les organisations d'assistance à suspendre leurs opérations, mettant en danger 2 millions de personnes dans le pays.