Le Conseil de sécurité demande plus d'efforts pour combattre le trafic de drogue en Afghanistan

11 juin 2008

Préoccupé par le niveau élevé de la culture du pavot ainsi que de la production et du trafic d'opium en Afghanistan, le Conseil de sécurité a engagé aujourd'hui les Etats à renforcer la coopération visant à enrayer cette pratique illicite qui entrave la sécurité et le développement du pays.

Selon une étude publiée en février par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, le niveau de la culture du pavot demeure fortement élevé en 2008, et sera semblable, ou légèrement inférieur, à la récolte record de 192.000 hectares en 2007. L'Afghanistan est actuellement le plus important producteur d'opium et d'héroïne du monde.

Dans une résolution adoptée aujourd'hui à l'unanimité, le Conseil a demandé de procéder, entre autres, au renforcement de « la surveillance du commerce international des précurseurs chimiques, et à empêcher que ces substances ne soient détournées des circuits commerciaux internationaux licites aux fins d'utilisation illicite en Afghanistan ».

Les quinze membres du Conseil ont également engagé les Etats exportateurs à « assurer la notification systématique de toutes les exportations de précurseurs chimiques concernés à la demande des États importateurs ».

Ils ont également fait part de leur appui continu aux efforts qu'entreprend l'Afghanistan pour réduire la production et le trafic de drogue par l'intermédiaire, notamment, de la Stratégie nationale de lutte contre la drogue. Ils ont aussi demandé un plus grand appui international aux priorités énoncées dans celle-ci.

Cette résolution du Conseil intervient à la veille de la conférence internationale de soutien à l'Afghanistan qui débutera demain à Paris, et à laquelle participeront le Secrétaire général Ban Ki-moon, son Représentant spécial pour l'Afghanistan, Kai Eide, ainsi que le président afghan, Hamid Karzai.

Les membres du Conseil ont d'ailleurs aujourd'hui encouragé les participants à cette conférence à « formuler des propositions concrètes sur les moyens à mettre en œuvre pour faire face au problème du détournement des précurseurs chimiques à des fins illicites ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

ONUDC : pour agir contre le trafic de drogues en Afghanistan, il faut lutter contre la corruption

« Le gouvernement de l'Afghanistan doit faire davantage contre les plus grands trafiquants de drogue du pays et démanteler leurs réseaux criminels », a déclaré Christina Gynna Oguz, la représentante de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) en Afghanistan.