Gel de l'assistance au Zimbabwe : John Holmes condamne une décision 'déplorable'

6 juin 2008

Le chef des opérations humanitaires des Nations Unies, John Holmes, a qualifié aujourd'hui de 'déplorable' la décision du gouvernement du Zimbabwe de forcer toutes les organisations d'assistance à suspendre leurs opérations, mettant en danger 2 millions de personnes dans le pays.

« Il s'agit d'une décision déplorable qui arrive à un moment critique pour la population du Zimbabwe », a déclaré John Holmes, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU.

Le chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) souligne que la majorité de l'aide des Nations Unies dans le pays, comme ailleurs, est transmise par l'intermédiaire d'organisations non gouvernementales (ONG).

« Si les organisations volontaires et les ONG ne peuvent plus travailler, l'assistance humanitaire destinée à au moins 2 millions de personnes, parmi les plus pauvres et les plus vulnérables, sera gravement limitée », a dit le Coordonnateur.

John Holmes a exhorté le gouvernement de Robert Mugabe à « reconsidérer sa décision et à l'annuler au plus vite ».

Il a souligné que les organisations concernées « respectent pleinement les principes de neutralité et d'impartialité », principes fondamentaux de l'assistance humanitaire.

Le responsable humanitaire de l'ONU a réclamé « un accès sans entraves et des garanties pour leur sécurité ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Zimbabwe : Louise Arbour dénonce les abus gouvernementaux qui exacerbent la crise alimentaire

Les violations des droits fondamentaux commises par les gouvernements sont souvent la source des crises alimentaires et entravent les efforts pour nourrir les populations affectées, a dénoncé aujourd'hui la responsable des droits de l'homme aux Nations Unies, Louise Arbour, qui a cité l'exemple du Zimbabwe.