Zimbabwe : Louise Arbour dénonce les abus gouvernementaux qui exacerbent la crise alimentaire

4 juin 2008

Les violations des droits fondamentaux commises par les gouvernements sont souvent la source des crises alimentaires et entravent les efforts pour nourrir les populations affectées, a dénoncé aujourd'hui la responsable des droits de l'homme aux Nations Unies, Louise Arbour, qui a cité l'exemple du Zimbabwe.

La Haut Commissaire aux droits de l'homme s'est déclarée extrêmement préoccupée par les nouvelles selon lesquelles le gouvernement du Zimbabwe aurait ordonné la cessation des distributions alimentaires menées par certaines organisations non gouvernementales jusqu'à la fin de l'élection présidentielle.

« Si cela était avéré, ce serait un acte inadmissible. Priver une population d'alimentation à cause d'une élection serait une extraordinaire perversion de la démocratie, et une grave violation du droit international humanitaire », a affirmé Louise Arbour.

La Haut Commissaire a plaidé pour la mise en place d'un cadre permettant de suivre les obstacles qui empêchent les populations d'obtenir ou de produire de la nourriture.

« L'insécurité alimentaire est souvent aggravée par la guerre, la mauvaise gouvernance et les catastrophes naturelles. Dans ces cas, il manifeste que malheureusement on ne peut pas toujours se reposer sur la volonté ou la capacité des autorités nationales à respecter leurs obligations envers les populations dans le besoin », a-t-elle dit, ajoutant qu'il n'était « pas surprenant que les gouvernements qui commettent ou laissent impunis de graves violations des droits de l'homme étaient aussi les premiers à ignorer leurs devoirs et leurs responsabilités ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Louise Arbour condamne les meurtres d'opposants politiques au Zimbabwe

La Haut Commissaire aux droits de l'homme s'est déclarée choquée d'apprendre que les corps de plusieurs militants politiques ont été trouvés au Zimbabwe ces derniers jours.