Corée du Nord : le PNUD conclut à l'absence de malversations financières systématiques

3 juin 2008

Une évaluation externe indépendante chargé d'examiner les allégations selon lesquelles les ressources de l'agence des Nations Unies pour le développement (PNUD) auraient été diverties à des fins illégales par le gouvernement nord-coréen a conclu à l'absence de preuve de telles pratiques systématiques ou du fait que l'agence était informée.

L'audit externe, mené par l'ancien Premier ministre Miklos Németh et publié hier sur le site du Programme des Nations Unies pour le développement, a conclu que la plupart des fonds avaient été utilisés de façon appropriée pour ses activités de lutte contre la pauvreté.

Lors d'une conférence de presse tenue hier à New York, Kemal Dervis, l'Administrateur du PNUD, a qualifié cette évaluation d'« exhaustive », estimant que ce document permettrait en quelque sorte de mettre un terme aux allégations faites contre le PNUD.

M. Dervis a souligné que le PNUD devrait s'améliorer davantage, tout en rappelant que le Programme avait été la cible d'allégations graves depuis plus d'un an.

Il a estimé que certaines de ces allégations étaient sans fondement et irresponsables.

Il a rappelé que tous les employés du PNUD avaient le droit d'être traités avec respect et pouvaient à tout moment faire usage des canaux disponibles pour soulever une préoccupation. « De la même manière, j'entends protéger l'organisation et les ressources qui nous sont confiées aux fins du développement contre toute action frivole et malintentionnée », a-t-il ajouté.

Concernant la question des modalités de paiement, il dit que le rapport avait conclu que le système de données du PNUD en République populaire démocratique de Corée était fiable et que les entrées de liquide étaient raisonnablement quantifiées.

Comme le rapport l'indique, a-t-il ajouté, la majorité des projets était gérée, suivie et évaluée de manière substantielle, conformément aux exigences du PNUD. Il a précisé que les allégations selon lesquelles il n'y aurait pas eu de visites sur le terrain étaient sans fondement.

Interrogé sur les éventuelles motivations politiques derrière les allégations contre le PNUD, l'Administrateur a estimé que les allégations avaient été exagérées.

Suite à une autre question, M. Dervis a déclaré que le Conseil d'administration avait décidé de ne pas poursuivre ses opérations en République populaire démocratique de Corée tant qu'un accord n'était pas intervenu avec le gouvernement du pays en ce qui concerne le recrutement du personnel local. Il a estimé que les discussions avec le gouvernement pourraient avoir lieu après la réunion du Conseil d'administration du PNUD, fin juin.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Corée du Nord : le PNUD met en place un nouveau groupe d&#39enquête

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a annoncé aujourd&#39hui la composition d&#39un groupe d&#39experts conduit par l&#39ancien Premier ministre de la Hongrie, chargé d&#39examiner les activités de l&#39agence en Corée du Nord.