Assemblée générale: la traite des êtres humains est une 'épidémie mondiale'

3 juin 2008

L'Assemblée générale de l'ONU est réunie aujourd'hui pour un débat sur la traite des êtres humains, un fléau qui touche près de 2,4 millions de personnes dans presque tous les pays du globe.

« La traite des êtres humains touche presque toutes les régions du monde et requiert, pour la combattre, des approches véritablement novatrices et collaboratives, » a affirmé le président de l'Assemblée générale, Srgjan Kerim lors du débat qui s'est ouvert à New York.

Selon les estimations de l'Organisation international du Travail (OIT), 2,4 millions de personnes sont victimes de la traite des êtres humains dans le monde.

Pour l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), la traite des personnes est une « épidémie mondiale » alors que 127 pays sont des sources de victimes de ce trafic et que 137 États sont des lieux de destination.

Un récent rapport de l'Organisation internationale du Travail (OIT) indique que les profits illicites réalisés chaque année par les travailleurs forcés, soit 32 milliards de dollars, sont bien plus importants que ce qui avait été imaginé jusque-là, faisant ainsi de la traite un crime très profitable et peu risqué.

Les trafiquants prospèrent le plus souvent dans les régions du monde où la misère laisse les gens vulnérables et susceptibles d'être exploités, signale un communiqué publié par le Haut Commissariat aux droits de l'homme.

Ainsi, des trafiquants se sont rapidement rendus dans la région du delta d'Irrawady au Myanmar après le passage du cyclone Nargis, attirant orphelins et jeunes filles en leur promettant nourriture, abri et un emploi respectable.

Le Haut Commissariat signale également que le nombre de victimes ne fait qu'accroitre du fait des désastres naturels, de la pauvreté et du coût élevé de la nourriture, autant de phénomènes qui laissent un repas décent hors de portée pour un nombre de plus en plus important de gens dans le monde.

« Pour des millions de gens dans le monde, la lutte contre la traite des êtres humains est une question de vie ou de mort, » a affirmé Asha-Rose Migiro, la Vice-Secrétaire générale de l'ONU.

Les participants au débat thématique de l'Assemblée générale devaient notamment examiner le renforcement de la coopération multilatérale en matière de prévention, la protection des victimes et la coopération transfrontière en vue de la poursuite des trafiquants. Ils se pencheront également sur la demande qui génère ce trafic et les codes de conduite du secteur privé.

« Nous avons tous un rôle à jouer pour lutter contre ce crime, » a signalé Srgjan Kerim. « Non seulement les États Membres, le système des Nations Unies et les autres organisations internationales mais aussi le secteur privé, la société civile, les médias et les organes chargés de l'application des lois doivent y prendre part. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ouverture du premier Forum mondial contre la traite des êtres humains

Plus de 1.200 participants sont réunis aujourd&#39hui à Vienne, en Autriche, pour le premier Forum mondial pour combattre la traite des êtres humains organisé par l&#39Initiative mondiale des Nations Unies dans ce domaine (UN.GIFT).