Crise alimentaire : la Banque mondiale crée un fonds de 1,2 milliards de dollars

30 mai 2008

La Banque mondiale a lancé aujourd'hui en réponse à la crise alimentaire un mécanisme de financement rapide portant sur un montant de 1,2 milliard de dollars pour faire face aux besoins immédiats. Sur ce montant, 200 millions de dollars seront accordés sous forme de dons en faveur des populations vulnérables des pays les plus pauvres du monde.

Le Groupe de la Banque mondiale a aussi annoncé qu'il porterait le montant global de son appui mondial au titre de l'alimentation et de l'agriculture, qui est actuellement de 4 milliards de dollars, à 6 milliards de dollars l'année prochaine.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué cette initiative étroitement coordonnée entre les Nations Unies, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, selon sa porte-parole.

La Banque mondiale explique qu'elle lancera aussi des instruments de gestion des risques, ainsi que des mécanismes d'assurance des récoltes pour protéger les pays pauvres et les petits agriculteurs.

Cette annonce est faite dans la perspective d'une réunion qui se tiendra à Rome, siège notamment de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM), la semaine prochaine, sur la crise alimentaire mondiale.

Le président de la BM Robert B. Zoellick a rappelé que la faim et la malnutrition menaçaient deux milliards d'êtres humains qui se débattent pour survivre dans le contexte du renchérissement des prix alimentaires».

D'ores et déjà, des dons sont approuvés aujourd'hui en faveur de Djibouti (5 millions de dollars), d'Haïti (10 millions de dollars) et du Libéria (10 millions de dollars).

Dans le mois qui vient, la Banque mondiale compte fournir un appui sous forme de dons au Togo, au Yémen et au Tadjikistan.

Ces pays sont inscrits sur la liste des pays hautement prioritaires établie sur la base des évaluations rapides des besoins menées sur le terrain en collaboration avec le PAM, la FAO et le Fonds international de développement agricole (FIDA).

Des évaluations rapides des besoins ont déjà été réalisées dans plus de 25 pays, et 15 autres sont en cours.

Le mécanisme de 1,2 milliard de dollars appuie la production de denrées alimentaires ? pour cette année mais aussi les suivantes ? notamment en fournissant des semences et des engrais, en améliorant les systèmes d'irrigation des petits agriculteurs et en fournissant un appui budgétaire pour compenser la réduction des droits frappant les produits alimentaires et autres charges imprévues.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Crise alimentaire: la FAO demande des mesures pour doper la production agricole

À la veille du Sommet de l'alimentation qui doit se dérouler à Rome du 3 au 5 juin, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) exhorte à prendre des mesures concrètes pour affronter la faim et la malnutrition, la flambée des prix alimentaires, la pénurie de ressources en terre et eau, le changement climatique, les besoins accrus en énergie et la croissance démographique.