République Centrafricaine : la population en proie à des groupes de bandits

23 mai 2008

Une multiplication d'attaques perpétrées par des bandits dans le nord de la République Centrafricaine a provoqué un nouveau déplacement de la population, a indiqué aujourd'hui le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Une multiplication d'attaques perpétrées par des bandits dans le nord de la République Centrafricaine a provoqué un nouveau déplacement de la population, a indiqué aujourd'hui le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Prés de 100.000 personnes ont fuit leur domicile suite à ces attaques. Des groupes formé de dix à trente hommes sillonnent la région et enlèvent, attaquent ou tuent les habitants, pillent les propriétés et brûlent les maisons, et parfois même des villages entiers, a rapporté la porte-parole adjointe du Secrétaire général, Marie Okabe, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

Mia Farrow, l'Ambassadrice itinérante du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), qui revient tout juste d'une visite d'une semaine dans ce pays, a indiqué que ces menaces font maintenant partie e la vie quotidienne des habitants.

« De nombreuses personnes vivent dans la peur, » a-t-elle dit, signalant qu'elle avait rencontré des femmes qui avaient été violées à plusieurs reprises ainsi que des enfants qui avaient été détenus dans la brousse pendant près de deux ans, en l'attente d'une rançon.

Selon OCHA, la majorité des 45.000 Centrafricains qui ont trouvé refuge dans l'est du Cameroun ont pris la fuite pour échapper aux attaques de bandits.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Tchad : le Secrétaire général condamne toute tentative de prise du pouvoir par la force

Le Secrétaire général s&#39est déclaré aujourd&#39hui profondément préoccupé par la reprise des combats au Tchad, condamnant à nouveau le recours aux moyens militaires pour la prise du pouvoir.