147 pays participent à Bonn à une réunion sur la sécurité biotechnologique

12 mai 2008

La 4ème réunion des parties au Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques (COP MOP 4) s’est ouverte ce matin à Bonn, en Allemagne. Au centre de la rencontre, les risques potentiels causés par les organismes vivants modifiés, encore appelés organismes génétiquement modifié (OGM).

« Septembre marquera cette année le cinquième anniversaire de l’entrée en vigueur du Protocole sur la biosécurité. Au cours de ces cinq années, nous avons vu le Protocole se développer et devenir un instrument du droit international et un instrument pour la sécurité du transfert, de la manipulation et de l’usage des organismes vivants modifiés », a déclaré Ahmed Djoghlaf, le Secrétaire exécutif de la Convention sur la biodiversité, à l’ouverture de la rencontre aujourd’hui à Bonn.

Les discussions, qui dureront cinq jours, porteront surtout sur l’article 25 du Protocole qui porte sur le processus « visant à élaborer des règles et procédures internationales appropriées en matière de responsabilité et de réparation pour les dommages résultant de mouvements transfrontières d'organismes vivants modifiés, en analysant et en prenant dûment en compte les travaux en cours en droit international sur ces questions, et s'efforce d'achever ce processus dans les quatre ans ».

« Je vous presse de profiter de l’opportunité. Remettre à plus tard des décisions concernant l’article 27 n’est plus une option », a lancé Ahmed Djoghlaf aux plus de 3.000 participants de 147 pays représentés à cette occasion.

La Conférence mondiale sur la diversité biologique commencera, elle, le 19 mai 2008 à Bonn.

Elle a lieu deux ans avant la date limite pour atteindre l’Objectif de la biodiversité de 2010, adopté en 2002 par 110 chefs d'États pour réduire de manière significative le rythme actuel d'appauvrissement de la biodiversité aux niveaux mondial et national d'ici à 2010, comme une contribution à la réduction de la pauvreté et au bénéfice de toute forme de vie sur Terre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La perte de la biodiversité, un recul pour la médecine

Un ouvrage de l'Université d'Oxford, financé notamment par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), affirme que le déclin et l'extinction des biens naturels pourrait causer d'importantes pertes pour la recherche médicale.