Crise alimentaire : Ban Ki-moon soutient le rôle de la FAO

5 mai 2008

Le Secrétaire général a défendu aujourd’hui le rôle de l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) pour promouvoir la production alimentaire, la productivité agricole et fournir une assistance lors de pénuries.

Le Secrétaire général a défendu aujourd’hui le rôle de l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) pour promouvoir la production alimentaire, la productivité agricole et fournir une assistance lors de pénuries.

« Compte tenu de la gravité de la situation, je comprends les frustrations de nombreux dirigeants africains, dont le président Wade du Sénégal, en particulier dans les pays les moins développés », a dit Ban Ki-moon lors d’une conférence de presse en réponse à un journaliste qui souhaitait une réaction à l’appel du président Wade à « abolir la FAO ».

« Ces jours-ci j’ai travaillé en très étroite coopération avec le directeur de la FAO sur les réponses à court, moyen et long terme à cette crise, et je serai moi-même présent au sommet de la FAO à la mi-juin », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a expliqué qu’il « enverrait ses propres cartons d’invitation à tous les chefs d’Etat et de gouvernement, dès que possible, afin qu’ils se réunissent à Rome pour élaborer une stratégie ».

Ban Ki-moon rentre d’une série de visites en Afrique qui l’ont mené notamment au Ghana pour une conférence de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

« J’ai décrit l’enjeu de façon très abrupte : si elle n’est pas gérée correctement, cette crise pourrait entraîner de nombreuses autres crises touchant au commerce, au développement et même à la sécurité politique et sociale dans le monde », a prévenu le Secrétaire général.

« Les moyens de subsistance de centaines de millions de personnes sont menacés », a-t-il insisté.

Ban Ki-moon a souhaité que la « famille des Nations Unies agisse de concert pour soutenir le développement agricole, en particulier en Afrique et dans les régions les plus touchées ».

« J’ai appelé les dirigeants à ne pas prendre de mesures de nature à fausser le commerce et à faire monter les prix ».

« Il faut des actions immédiates pour fournir des graines, des engrais et d’autres « intrants » aux agriculteurs les plus modestes, dans le monde entier ».

« Cette crise ne surgit pas du néant. Elle est le résultat d’une décennie de politiques du développement inefficaces et de négligence », a déploré le Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Crise alimentaire : Ban Ki-moon entrevoit 'une lueur d’espoir'

Nous pouvons régler la crise alimentaire, a souligné le Secrétaire général dans une tribune au quotidien International Herald Tribune. « Nous en avons les moyens. Nous savons ce que nous devons faire. De plus, nous devons y voir non seulement un problème à résoudre mais aussi une occasion à saisir », y a-t-il plaidé.