Armes légères : Ban Ki-moon recommande davantage de coordination institutionnelle

23 avril 2008

Davantage de coordination sur la question des armes légères à l'ONU est hautement recommandable, a affirmé le Secrétaire général dans son rapport au Conseil de sécurité rendu public aujourd'hui.

« Faire revivre le Mécanisme de coordination de l'action concernant les armes légères est une des priorités pour 2008 dans le domaine du désarmement», a indiqué la porte-parole, Michèle Montas, lors de son point de presse au Siège de l'ONU à New York.

Dans son rapport, Ban Ki-moon recommande que les États augmentent leurs efforts pour recueillir, préserver et partager les données relatives aux armes légères.

Ceux en mesure de le faire devraient soutenir davantage la recherche sur la distribution et l'impact de ces armes, a ajouté le Secrétaire général.

Ce dernier a aussi recommandé au Conseil de sécurité d'encourager une coopération renforcée entre les groupes de surveillance et de sanctions du Conseil, les missions de maintien de la paix, les États Membres et leurs institutions d'enquête, ainsi que les organisations régionales et internationales concernées.

Selon lui, plusieurs organes, dont la Commission de consolidation de la paix, le Bureau des affaires de désarmement et le Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés devraient renforcer leur coopération sur la question du lien entre enfants et armes légères.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Appui à la lutte contre le commerce illicite d'armes légères en Afrique centrale et de l'Ouest

Le Bureau des affaires de désarmement de l'ONU organise à parti de demain un atelier de deux jours à Lomé, au Togo, afin d'appuyer la mise en oeuvre en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale de l'Instrument international visant à permettre aux États de procéder à l'identification et au traçage rapides et fiables des armes légères et de petit calibre.