Le PNUD appelle à la signature d'un traité contre l'utilisation des armes à dispersion

18 avril 2008

Un rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) lancé aujourd'hui souligne l'urgence de signer un traité d'interdiction des armes à dispersion, qui représentent une menace pour les populations civiles et le développement économique.

Un rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) lancé aujourd'hui souligne l'urgence de signer un traité d'interdiction des armes à dispersion, qui représentent une menace pour les populations civiles et le développement économique.

« Au total, les armes à dispersion ont causé plus de 13.000 blessures et décès, la majorité de ceux-ci se concentrant dans cinq pays : Afghanistan, Iraq, Laos, Liban et Viet Nam », indique un communiqué publié aujourd'hui à New York.

Dans le rapport `Interdire les armes à dispersion : notre opportunité de protéger des civils´, le PNUD rappelle les efforts qui sont faits pour déminer les terrains contaminés par des centaines de milliers de munitions non explosées.

Les armes à dispersion contaminent par ailleurs les terres cultivables et tuent aussi le bétail, contribuant ainsi à l'aggravation de l'insécurité alimentaire.

Le PNUD a précisé qu'elles empêchaient également l'accès aux abris, à l'eau et à l'assainissement, retardant davantage le développement et le relèvement économique.

Kathleen Cravero, la directrice du Bureau de la prévention des crises et du relèvement du PNUD, a exhorté les gouvernements à rejoindre les négociations qui commenceront le mois prochain à Dublin, en Irlande, afin d'élaborer un nouveau traité international d'interdiction de ces armes à dispersion.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.