L'ONU rend hommage aux membres du personnel détenus ou portés disparus

25 mars 2008

A l'occasion de la Journée de solidarité avec les membres du personnel détenus ou portés disparus, le Secrétaire général a demandé aujourd'hui aux États Membres de signer la Convention sur la sécurité du personnel des Nations Unies et du personnel associé.

« A ce jour, 40 membres du personnel de l'ONU sont en état d'arrestation, détenus ou portés disparus », a déclaré Ban Ki-moon dans un message transmis à l'occasion de la Journée de solidarité avec les membres du personnel détenus ou portés disparus (voir le communiqué de presse de l’ONU).

Il y a 23 ans exactement, Alec Collet, qui travaillait pour l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) était enlevé de force, et son affaire n'a pas été résolue, a rappelé le Secrétaire général.

Le 11 décembre 2007, l'attentat contre des bureaux de l'ONU à Alger faisait 17 victimes et 40 blessés.

« Je suis résolu à faire de la sûreté et de la sécurité de notre personnel une priorité absolue », a affirmé Ban Ki-moon qui a mentionné la récente création du Groupe d’experts indépendants sur la sécurité du personnel et des locaux dirigé par Lakhdar Brahimi (dépêche du 05.02.2008).

Notant que certains pays entravaient l'exécution des mandats de l'ONU notamment en ne respectant pas les impératifs de sécurité, il a dit compter sur le Conseil de sécurité et chacun de ses membres « pour qu'ils fassent le nécessaire pour s'assurer le concours des pays hôtes en les persuadant de coopérer et d'assumer leur part de responsabilités ».

Il a aussi appelé les États Membres à signer la Convention sur la sécurité du personnel des Nations Unies et du personnel associé. Actuellement, 82 États en sont parties, et 43 l'ont signée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.