Ban Ki-moon préoccupé par la situation au Tibet

17 mars 2008

Le Secrétaire général a tenu aujourd'hui des discussions avec les membres du Conseil de sécurité sur le Darfour, le Soudan, le Tchad, le Kosovo, la Somalie et Chypre lors d'un déjeuner informel. Il aussi exprimé devant les journalistes sa préoccupation face à la situation au Tibet.

Ban Ki-moon s'est adressé à la presse à l'issue de ce déjeuner, qui intervient à son retour du sommet de l'Organisation de la Conférence islamique (OCI) à Dakar.

« J'ai essayé d'encourager le Soudan et le Tchad à signer l'accord qui a été rédigé pour améliorer leurs relations », a-t-il annoncé, ajoutant que la communauté internationale devait « encourager les deux pays à mettre en oeuvre l'accord de bonne foi, et à respecter mutuellement leur souveraineté territoriale».

Par ailleurs, sur le Soudan, le Secrétaire général a dit avoir eu deux réunions bilatérales avec le président Bashir, au cours desquelles il a été convenu « d'accélérer le déploiement de l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD) en augmentant le nombre de forces africaines, notamment de l'Égypte et de l'Éthiopie. Après nous pourrons déployer des casques bleus non-africains, en particulier de la Thaïlande et du Népal », a-t-il expliqué.

Interrogé sur la situation dans la région autonome du Tibet en Chine, Ban Ki-moon s'est déclaré « préoccupé chaque jour davantage par les tensions et les informations relatives aux victimes au Tibet et ailleurs ».

« J'exhorte à la retenue de la part des autorités et j'appelle toutes les parties à éviter de nouvelles confrontations et des violences. J'insiste aussi sur l'importance de parvenir à un règlement pacifique », a dit le Secrétaire général, qui a exprimé sa préoccupation au gouvernement chinois ce matin, lors d'une réunion avec l'ambassadeur de la Chine.

Ban Ki-moon a précisé que cette question n'avait pas figuré au rang des questions abordées lors de la réunion avec le Conseil de sécurité.

Sur la question de Chypre, Ban Ki-moon a dit vouloir profiter de l'opportunité offerte par l'élection du nouveau président grec chypriote, Dimitris Christofias, ajoutant qu'il avait abordé la question avec le dirigeant turc chypriote Mehmet Ali Talat à Dakar.

« J'ai décidé d'envoyer le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques Lynn Pascoe à la tête d'une mission d'évaluation », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.