Les femmes sont toujours victimes de discrimination à travers le monde, dénonce Louise Arbour

7 mars 2008

« Sans un engagement sérieux de la part des États, investir dans le développement des jeunes filles et des femmes continuera à relever à l'avenir de la pure rhétorique », a déclaré aujourd'hui Louise Arbour, la Haut Commissaire aux droits de l'homme, en dénonçant la discrimination dont les femmes sont toujours victimes à travers le monde.

« Les lois discriminatoires à l'égard des femmes persistent dans les législations nationales de quasiment tous les pays, et les États, qui de manière répétée avaient promis de réviser ou d'abroger ces lois, continuent de ne pas honorer leurs engagements, a déclaré ce vendredi », a déclaré Louise Arbour à la veille de la Journée internationale de la femme.

Les législations inadéquates ou mal appliquées sapent les efforts réalisés pour combattre la violence dont les femmes sont victimes, notamment la violence sexuelle.

Les lois discriminatoires sont « innombrables », dénonce Louise Arbour, en citant l'impossibilité, pour de très nombreuses femmes dans le monde, d'avoir accès à la propriété, d'hériter, de bénéficier d'une éducation, d'opportunités professionnelles, entre autres choses.

La Haut Commissaire regrette que les engagements pris par les États dans le cadre de la Conférence de Beijing sur la femme en 1995 et de la Réunion de suivi restent lettre morte.

« Il est honteux qu'en cette année du 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, de nombreuses femmes ne puissent bénéficier de leurs droits fondamentaux », a-t-elle lancé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.