A l'ECOSOC Ban Ki-moon lance une campagne contre la violence à l'égard des femmes

25 février 2008

Le Secrétaire général a lancé aujourd'hui devant le Conseil économique et social de l'ONU une campagne mondiale pour l'égalité entre les hommes et les femmes et pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes, alors qu'une femme sur trois est battue, violée ou harcelée au cours de sa vie.

« Aujourd'hui, nous sommes réunis afin de lancer une campagne mondiale pour l'élimination de la violence contre les femmes. Je compte sur vous tous, qui défendez cette cause au niveau des États, dans la société civile ou à l'ONU, pour diffuser notre message partout dans le monde », a déclaré le Secrétaire général.

Voir le compte-rendu approfondi du débat à la Commission sur le statut de la femme dans le communiqué de l’ONU.

« La violence contre les femmes appelle une action immédiate. Un regard sur les statistiques suffit pour s'en convaincre : la probabilité est qu'une femme sur trois sera battue, forcée d'avoir des rapports sexuels ou maltraitée d'une façon ou d'une autre au cours de sa vie », a-t-il rappelé.

« À cause de la sélection prénatale, d'innombrables filles n'ont même pas le droit de venir au monde. Aucun pays, aucune culture, aucune femme, jeune ou vieille, n'est à l'abri de ce fléau. Et bien trop souvent, le crime reste impuni, l'auteur n'est pas inquiété ».

Les guerres ont toujours été effroyables, mais à présent les femmes et les filles sont visées en tant que telles dans les zones de conflit. Les armes d'aujourd'hui comprennent le viol, la violence sexuelle et l'enlèvement d'enfants, qui sont enrôlés comme soldats ou réduits en esclavage sexuel, a dit Ban Ki-moon.

« Dans des régions en guerre, j'ai rencontré des femmes qui avaient enduré des violences indicibles. Leurs souffrances me hanteront toujours, mais leur courage sera toujours pour moi une source d'inspiration. Ces femmes qui sont des mères, des sœurs, des filles et des amies sont déterminées à recommencer à vivre ».

« Mais il y a une vérité universelle, valable dans tous les pays, dans toutes les cultures et dans tous les groupes : la violence à l'égard des femmes n'est jamais acceptable, jamais excusable, jamais tolérable ».

« Cette campagne est pour elles. Cette campagne est pour toutes les femmes et les filles, qui ont le droit de vivre à l'abri de la violence aujourd'hui et demain. Cette campagne vise à faire disparaître la violence contre les femmes, qui impose un tribut exorbitant à l'humanité tout entière », a insisté le Secrétaire général qui a expliqué qu'elle se poursuivrait « jusqu'en 2015, date butoir pour la réalisation des objectifs du Millénaire ».

A cette fin, le Secrétaire général a annoncé qu'il engagerait vivement tous les États à passer en revue les lois applicables et à les modifier, ou à en adopter de nouvelles, pour que la violence à l'égard des femmes soit dans tous les cas incriminée.

« Et je demanderai à tous les États de faire appliquer leurs lois pour mettre fin à l'impunité ».

« J'engagerai les médias à diffuser largement notre message, et inviterai les organisations régionales à arrêter des priorités et des objectifs ».

« Je créerai un réseau mondial de personnalités de sexe masculin à qui je demanderai de m'aider à mobiliser les hommes et les garçons : gouvernants, artistes, sportifs, hommes d'affaires, religieux, hommes de tous les horizons qui connaissent le véritable sens du terme « leadership » », a expliqué le Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.