Nouvelles technologies : les pays arabes adoptent la Déclaration de Doha sur la cybersécurité

21 février 2008

Lors du Forum régional de l'Union internationale des télécommunications (UIT) sur la cybersécurité qui s'est tenu au Qatar du 18 au 21 février, plus de 80 représentants de 18 pays du monde arabe ont adopté la Déclaration de Doha sur la cybersécurité, qui vise à promouvoir la sûreté et la sécurité des réseaux d'information et des systèmes de communication.

Lors du Forum régional de l'Union internationale des télécommunications (UIT) sur la cybersécurité qui s'est tenu au Qatar du 18 au 21 février, plus de 80 représentants de 18 pays du monde arabe ont adopté la Déclaration de Doha sur la cybersécurité, qui vise à promouvoir la sûreté et la sécurité des réseaux d'information et des systèmes de communication.

« L'interconnectivité mondiale crée de nouvelles interdépendances et des risques qui doivent être gérés aux niveaux national, régional et international », a affirmé Sami Al Basheer Al Morshid, le directeur du Bureau du développement des télécommunications de l'UIT, selon un communiqué publié aujourd'hui à Genève.

L'atelier sur les cadres de cybersécurité et de protection des infrastructures d'information cruciale a été organisé par l'agence des Nations Unies en collaboration avec le Conseil suprême des technologies de l'information et de la communication (TIC) du Qatar et le Centre qatari pour la sécurité de l'information.

A cette occasion, les pays ont adopté la Déclaration de Doha de 2006.

Les participants sont tombés d'accord sur la nécessité d'entamer ou de réviser les politiques nationales de sécurité afin d'assurer leur pertinence et leur compatibilité avec les autres nations. A ce titre, ils ont reconnu l'importance du cadre de cybersécurité de l'UIT et ont recommandé qu'il soit, comme les autres ressources et instruments disponibles, mis à disposition dans les six langues de travail de l'agence, dont l'arabe.

Le Forum a aussi souligné l'importance de la collaboration entre les institutions concernées – gouvernements et industries en particulier - ainsi que l'urgence de réviser la législation relative à la cybercriminalité afin de faire face aux menaces du `cyberespace´.

Il a aussi appelé à la création d'un point focal national pour la gestion des cyber-incidents, un organe de ce genre pouvant favoriser la collaboration non seulement au sein du gouvernement, mais également entre les gouvernements et le secteur privé et les partenaires internationaux.

Afin d'aider les gouvernements à adapter leurs politiques, l'UIT a par ailleurs présenté sa `boîte à outils´ d'auto-évaluation (`Toolkit´).

Sur son site, l'agence a également mis à disposition sa `Passerelle pour la cybersécurité´ et le Programme mondial cybersécurité, qui offre un cadre de coopération internationale dans ce domaine.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.