FAO : les insectes, bestioles répugnantes ou plat délicat?

19 février 2008

Avec plus de 1 400 espèces consommées par l'homme dans le monde entier, les insectes représentent un créneau prometteur tant sur le plan commercial que nutritionnel, affirme l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) aujourd'hui.

Avec plus de 1 400 espèces consommées par l'homme dans le monde entier, les insectes représentent un créneau prometteur tant sur le plan commercial que nutritionnel, affirme l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) aujourd'hui.

« Si l'idée de manger des insectes peut sembler étrange ou peu ragoûtante, c'est une coutume en réalité très répandue de par le monde. Au moins 527 insectes différents sont consommés dans 36 pays d'Afrique; et 29 pays d'Asie et 23 des Amériques en consomment également », indique un communiqué publié aujourd'hui à Chiang Mai, en Thaïlande à l'occasion d'un atelier organisé cette semaine par sur le potentiel de développement du secteur dans la région Asie-Pacifique.

Sur les centaines d'espèces consommées par l'homme, les principaux insectes appartiennent à quatre grands groupes: punaises; fourmis, abeilles et guêpes; sauterelles et criquets; teignes et papillons. Les insectes possèdent une valeur nutritive élevée.

Certains contiennent autant de protéines que la viande et le poisson. Séchés, ils ont souvent une teneur en protéines double par rapport à la viande et au poisson frais, mais généralement pas plus que la viande ou le poisson séché ou grillé. Certains insectes, en particulier au stade larvaire, sont également riches en graisses et contiennent d'importants minéraux et vitamines.

La plupart des insectes comestibles sont récoltés dans les forêts naturelles. Mais si les insectes représentent la plus grande part de biodiversité dans les forêts, ils sont les moins étudiés de toute la faune. “Il est surprenant de constater que l'on sait si peu de choses sur les cycles de vie, la dynamique des populations, le potentiel commercial et de gestion de la plupart des insectes comestibles des forêts”, a indiqué Patrick Durst, forestier principal à la FAO.

“Les responsables des forêts ont des connaissances très limitées sur le potentiel de gestion et de récolte durables des insectes”, fait remarquer M. Durst. “En revanche, les habitants des forêts et les populations qui en sont tributaires possèdent souvent des connaissances étonnantes sur les insectes et leur gestion”.

Dans certaines régions, les insectes ne sont consommés que sporadiquement pour conjurer la famine. Mais dans la plupart des régions où les insectes font partie de l'alimentation, ils sont souvent considérés comme un mets de choix. En Thaïlande, où se tient la consultation, près de 200 espèces d'insectes sont consommées, dont beaucoup sont très prisées. Les vendeurs d'insectes sont monnaie courante dans tout le pays, y compris la capitale, Bangkok.