Burkina Faso : le FIDA met en place un projet d&#39irrigation pour 20.000 ménages ruraux

31 janvier 2008

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) appuie un projet de remise en état ou d&#39installation de périmètres d&#39irrigation novateurs qui devrait bénéficier à quelque 20.000 foyers ruraux pauvres du Burkina Faso.

« Le Projet d'irrigation et de gestion de l'eau à petite échelle, dont le montant total est de 19 millions de USD, sera en partie financé grâce à un prêt de 11 millions de USD et un don de 400 000 USD octroyés par le FIDA », indique un communiqué publié à Rome.

Le Fonds de l'OPEP pour le développement international contribuera à hauteur de 5 millions de dollars, tandis que le gouvernement burkinabé apportera 2,6 millions et les autres participants au projet 50.000 dollars.

Le projet, mis en oeuvre dans le sud-ouest du Burkina Faso, devrait renforcer le commerce national mais aussi frontalier, avec la Côte d'Ivoire et le Ghana.

« De nouvelles techniques accessibles de micro-irrigation et une meilleure infrastructure routière pour acheminer les produits sur les marchés inciteront les exploitants à tirer parti des nouvelles possibilités d'accroissement des revenus dans la région », a expliqué Norman Messer, le chargé de programme du FIDA pour le pays.

Si autonomisation, appropriation et durabilité sont les mots-clés du projet, il inclut aussi une campagne approfondie d'information et d'éducation ainsi qu'un soutien aux activités de commercialisation.

Un des objectifs principaux est d'augmenter le rendement de petites parcelles de terres, dans une région où l'afflux de migrants exerce une pression qui pourrait être source de conflit.

Le projet doit mettre en place 250 hectares de jardins maraîchers équipés de systèmes de micro-irrigation à basse pression. Il doit en outre réhabiliter 200 hectares de petits périmètres irrigués par gravité en aval des barrages de retenue et construira des petits périmètres irrigués communautaires ainsi que des barrages pour l'eau destinée à l'agriculture et à l'élevage.

« Selon les prévisions, d'ici à la cinquième année du projet, la production agricole annuelle devrait avoir augmenté de 4 700 tonnes pour le riz, 1 800 tonnes pour les légumes, 314 tonnes pour le maïs et 1 700 tonnes pour la banane », explique le FIDA.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.