Le blocus de Gaza fait le jeu des extrémistes, prévient la chef de l&#39UNRWA

23 janvier 2008
La commissaire général de l'UNRWA, Karen AbuZayd.

« Il y a déjà des signes que la gravité du blocus fait le jeu de ceux qui n&#39ont pas de désir de paix. C&#39est à nos périls que nous ignorons ce risque », a prévenu aujourd&#39hui la responsable de l&#39agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, qui estime que la population connaît un « nouveau stade de souffrances ».

« Gaza est sur le point de devenir le premier territoire réduit intentionnellement à un état de destitution abjecte avec la conscience, l'acquiescement - et certains diraient l'encouragement - de la communauté internationale », a déclaré aujourd'hui Karen AbuZayd, Commissaire générale de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), dans une tribune au quotidien britannique 'The Guardian'.

« Hier, la population de Gaza a reçu un soulagement temporaire alors que la puissance occupante a autorisé l'entrée de fuel et d'autres fournitures ».

« Personne ne sait combien de temps durera ce sursis tandis que la reprise des attaques à la roquette qassam, que nous condamnons fermement pour notre part, conduira à de nouvelles fermetures de la frontière », a souligné Karen AbuZayd.

« Jamais il n'a été aussi urgent que la communauté internationale n'agisse pour restaurer une situation normale à Gaza. Des communautés affamées, malades et en colère ne font pas de bons partenaires pour la paix », a-t-elle fait observer.

« La fermeture des frontières est sans précédent. Les Palestiniens sont de facto incarcérés », a-t-elle affirmé.

« Il y a déjà des signes de ce que la gravité du blocus fait le jeu de ceux qui n'ont pas de désir de paix. C'est à nos périls que nous ignorons ce risque », a alerté la Commissaire générale, qui estime impossible dans ces conditions de promouvoir « un esprit de modération et de compromis » parmi les Palestiniens.

La Haut Commissaire a rappelé que sur le territoire 'minuscule' de Gaza, long de 40km et large de 10 km, les lumières s'étaient éteintes au soir du 21 janvier sur chacun de ses 1,5 millions de résidents, en raison de la pénurie d'électricité.

Désormais, « 35% des habitants de Gaza vivent avec moins de deux dollars par jour, le chômage a atteint 50% et 80% reçoivent une forme d'assistance humanitaire ».

« En tant que chef d'une agence humanitaire et de développement pour les réfugiés palestiniens, je suis profondément préoccupée par la saisissante inhumanité de la fermeture des frontières vers Gaza », a déclaré Karen AbuZayd.

L’UNWRA a lancé hier à Jérusalem son appel à contributions pour 2008 qui s’élève maintenant à 462 millions de dollars, soit le troisième appel après le Soudan et la République démocratique du Congo (RDC), rapporté aujourd’hui la porte-parole du Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.