Le Secrétaire général consultera les États Membres sur la normalisation de la situation de l&#39Iraq

16 janvier 2008

Le dernier rapport du Secrétaire général au Conseil de sécurité sur la Mission d&#39assistance des Nations Unies pour l&#39Iraq (MANUI), publié aujourd&#39hui, évoque des progrès sur fond de blocage persistant au niveau politique, alors que les dirigeants iraquiens demandent la « normalisation » de ses relations avec la communauté internationale.

Le dernier rapport du Secrétaire général au Conseil de sécurité sur la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI), publié aujourd'hui, évoque des progrès sur fond de blocage persistant au niveau politique, alors que les dirigeants iraquiens demandent la « normalisation » de ses relations avec la communauté internationale.

« Tout ce que font les Nations Unies en Iraq vise à préserver la souveraineté, l'unité et l'intégrité territoriale du pays. Je note la position de Monsieur al-Maliki, le Premier ministre, qui estime qu'il faut s'efforcer de guider progressivement les rapports entre le gouvernement iraquien et les Nations Unies vers un dispositif normalisé ne relevant pas des dispositions du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies », affirme le Secrétaire général dans son dernier rapport au Conseil de sécurité.

« C'est naturellement au Conseil de sécurité qu'il revient de décider à quel moment le faire. Je solliciterai donc les vues des États Membres intéressés sur les mesures que pourrait encore prendre la communauté internationale dans son ensemble pour appuyer les efforts que fait l'Iraq en vue de sa normalisation », ajoute Ban Ki-moon.

La réduction du nombre global d'attaques signalées dans l'ensemble de l'Iraq est la bienvenue, note-t-il par ailleurs.

« L'amélioration poursuivie de la situation sécuritaire dépendra probablement de l'engagement des Forces de sécurité iraquiennes et de la force multinationale en Iraq, de la prorogation du cessez-le-feu par l'Armée du Mahdi, et de l'évolution de la situation en ce qui concerne les Conseils de l'Éveil ».

« Mais des attentats faisant de très nombreuses victimes, tels que les trois voitures piégées qui ont explosé à Amara le 12 décembre et la série d'attentats de la fin de décembre, tempèrent l'optimisme en rappelant que ceux qui usent du terrorisme dans la poursuite de leurs objectifs politiques n'ont aucun respect pour les droits humains ou la vie humaine ».

« Pour que les améliorations récentes de la situation sécuritaire se confirment, il faudra des améliorations analogues sur la scène politique ».

« On n'a pas vu jusqu'à présent dans le domaine politique les progrès qu'espéraient bon nombre d'observateurs. L'impasse dans laquelle se trouve toujours la nomination aux postes vacants du cabinet est symptomatique de l'incertitude qui pèse encore sur le processus politique ».

« Les difficultés auxquelles se heurte le progrès de textes législatifs essentiels révèlent l'absence d'un consensus fondamental sur la nature et la structure de l'État iraquien ».

Les partis politiques débattent vigoureusement du programme gouvernemental et cherchent à en examiner de près le fonctionnement, mais ces débats n'ont pas encore trouvé le dynamisme qui permettrait de les faire avancer réellement.

Notant que la « Mission avance sur plusieurs fronts », le Secrétaire général souligne que son Représentant spécial, Staffan de Mistura, « revoit de près chacun des aspects des activités de la Mission afin de voir comment faire progresser la mise en ?uvre du rôle élargi que lui a confié le Conseil de sécurité dans sa résolution 1770 (2007) ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.