Sahara occidental : l'ONU exhorte les parties à des discussions &#39substantielles&#39

7 janvier 2008

A la veille d&#39un nouveau cycle de négociations sur le Sahara occidental sous les auspices des Nations Unies, le Secrétaire général a appelé les parties à « faire plein usage de cette semaine de pourparlers pour commencer à s&#39orienter vers une phase de discussions plus intensive et substantielle ».

« Le Secrétaire général souhaite exprimer sa reconnaissance aux parties et aux États voisins pour avoir accepté son invitation aux pourparlers qui sont prévus de commencer demain à Manhasset sous la médiation de l'Envoyé personnel du Secrétaire général, M. Peter van Walsum, et selon les termes des résolutions 1754 (2007) et 1783 (2007) », indique un message transmis aujourd'hui pas sa porte-parole.

« Le Secrétaire général reconnaît que cela prendra à la fois du temps et de la patience de négocier une solution mutuellement acceptable pour cette dispute qui perdure », affirme le message.

Des discussions ont déjà eu lieu entre le Maroc et le Front POLISARIO en juin et août 2007.

Le 31 octobre dernier, le Conseil de sécurité avait demandé aux parties de « poursuivre les négociations sous les auspices du Secrétaire général, sans conditions préalables et de bonne foi » (dépêche du 31.10.2007).

La Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) rappelle que la situation dans la région a fait l'objet de nombreux débats et a conduit à l'adoption de plus de 70 résolutions aux Nations Unies.

Le Sahara occidental est un territoire de la côte Nord-Ouest de l'Afrique, limitrophe du Maroc, de la Mauritanie et de l´Algérie. Il était sous administration espagnole jusqu´en 1976.

Le Maroc et la Mauritanie l'ont tous deux revendiqué, revendication à laquelle s´oppose le Front populaire pour la libération de la Saguía-el-Hamra et du Río de Oro, dit Front POLISARIO.

Les Nations Unies ont cherché un règlement de la question du Sahara occidental depuis que l´Espagne s´est retirée du territoire en 1976 et que, suite à cela, des combats ont éclaté entre le Maroc - qui a décidé de "réintégrer" le Sahara occidental à son territoire - et le Front POLISARIO, soutenu par l'Algérie. La Mauritanie a quant à elle renoncé à toute prétention sur le Sahara occidental en 1979.

A la suite d'un accord entre le gouvernement du Maroc et le Front POLISARIO, la MINURSO a été déployée en septembre 1991 afin de surveiller le cessez-le-feu et d´organiser un référendum qui permettrait aux habitants du Sahara occidental habilités à voter de décider du statut futur du territoire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.