Kenya : l&#39accès humanitaire est devenu un problème grave

2 janvier 2008

L&#39équipe des Nations Unies pour l&#39évaluation et la coordination en cas de catastrophe (UNDAC) au Kenya était aujourd&#39hui en consultations avec la Croix-Rouge kenyane pour trouver les moyens d&#39atténuer les conséquences de la crise actuelle.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) affirme aujourd'hui que l'accès humanitaire est devenu un problème grave alors que des milliers de personnes ont été déplacés par les violences, a rapporté la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien.

« La route entre Nairobi et Nakuru, par exemple, est aux mains de groupes de miliciens », a-t-elle affirmé.

Selon le bureau des Nations Unies à Kenya, les voies terrestres du port de Mombasa vers le reste du Kenya ont été réduites, causant une interruption dans la fourniture de biens en direction des opérations humanitaires et de maintien de la paix au Sud-Soudan, en Ouganda et dans certaines régions de la République démocratique du Congo (RDC).

Le bureau de Nairobi, dirigé par Anna Tibaijuka, signale aussi des cas alarmants d'abus sexuels et d'attaques contre des femmes et des enfants. « La population des bidonvilles manque cruellement de nourriture et d'autres produits de base », a dit la porte-parole.

Par ailleurs, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) se dit prêt à aider 85.000 personnes en leur fournissant des abris et des ustensiles de base.

Déjà, 13.000 kits familiaux, comportant des couvertures, des bâches, des sets de cuisine, du savon et des jerricans, ont été pré-acheminés. Deux mille autres sont en route.

Enfin, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a envoyé une équipe à la frontière du Kenya et de l'Ouganda, où l'on rapporte que 600 Kenyans y sont arrivés.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a lancé aujourd'hui un appel aux autorités et à tous les leaders kenyans afin qu'ils garantissent l'accès en toute sécurité au personnel humanitaire.

Selon les informations parues dans la presse, les violences ont suivi la proclamation de la réélection de Mwai Kibaki, président sortant. Ses opposants et partisans de Raila Odinga allèguent des irrégularités lors du scrutin.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.