Les leaders du Kenya ont l&#39obligation de protéger la population : Ban Ki-moon

2 janvier 2008

Rappelant les leaders kenyans à leurs obligations envers la population, le Secrétaire général de l&#39ONU s&#39est déclaré aujourd&#39hui « choqué par les informations selon lesquelles des dizaines de civils ont été brûlés vifs dans une église à Eldoret » et selon lesquelles « on compterait 300 morts du fait de cet accès de violence déplorable ».

« Le Secrétaire général est de plus en plus troublé par l'escalade des tensions et de la violence au Kenya à l'issue des élections de la semaine dernière », affirme un message transmis aujourd'hui par sa porte-parole.

Ban Ki-moon a rappelé « au gouvernement ainsi qu'aux leaders politiques et religieux du Kenya leur obligation juridique et morale de protéger la vie des civils innocents, quelle que soit leur origine raciale, religieuse ou ethnique ».

Il les a exhortés à « faire tout ce qui était dans leur pouvoir pour prévenir toutes violences supplémentaires ».

Le Secrétaire général a aussi appelé à « éviter les provocations et les violences lors de la manifestation prévue jeudi » prochain.

Par ailleurs, le Secrétaire général s'est déclaré préoccupé face à la détérioration de la situation humanitaire, puisque de nombreuses personnes ont été déplacées par les violences.

L'ONU appelle toutes les parties concernées à « permettre un accès sûr aux humanitaires qui aident les populations affectées ». A cet égard, les Nations Unies continueront de travailler avec la Croix-Rouge kenyane et avec les autres partenaires humanitaires.

La porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, a précisé qu'il était en consultations avec les dirigeants kenyans, l'Union africaine et les autres parties prenantes pour trouver une solution à cette crise.

« Il faut d'urgence trouver une solution par le biais d'un dialogue et dans le cadre d'un plein recours aux mécanismes et procédures constitutionnels et légaux », indique le message.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.