Le Conseil de sécurité condamne l&#39attentat qui a coûté la vie à Benazir Bhutto

27 décembre 2007

Réuni à l&#39issue de consultations d&#39urgence, le Conseil de sécurité, par la voie d&#39une déclaration de son président en séance et en présence du Secrétaire général, a condamné l&#39attentat qui a coûté aujourd&#39hui à la vie à l&#39ancien Premier ministre du Pakistan, Benazir Bhutto.

« Le Conseil de sécurité condamne dans les termes les plus fermes l'attaque suicide menée par des extrémistes » qui a causé la mort de Benazir Bhutto et d'autres personnes, a déclaré le président du Conseil pour le mois de décembre, l'ambassadeur de l'Italie Marcello Spatafora, au nom des 15 membres du Conseil de sécurité.

« Le Conseil de sécurité a rendu hommage à Benazir Bhutto » et appelé « les Pakistanais à garder le calme » et à traduire en justice les auteurs de cet acte.

« Le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations constitue une des formes les plus graves de menace à la sécurité internationale », rappelle le Conseil de sécurité qui rappelle « qu'aucune cause ne saurait le justifier ».

Cette déclaration vient s'ajouter à celle du Secrétaire général transmise ce matin (dépêche du 27.12.2007).

Ban Ki-moon s'était déclaré « choqué et indigné » par l'assassinat de Benazir Bhutto, leader du Parti du peuple et ancien Premier ministre du Pakistan. Benazir Bhutto a été tuée par balles lors d'un attentat aujourd'hui près d'Islamabad.

A l'issue de la séance, le Secrétaire général Ban Ki-moon a pris la parole devant la presse pour réitérer son appel à la retenue au Pakistan et affirmer son appui au message du Conseil de sécurité.

Prenant la parole ce matin, sur le chemin des consultations, le représentant des Etats-Unis à l'ONU, l'ambassadeur Zalmay Khalizad, avait rendu hommage à son « amie Benazir Bhutto », saluant son rôle en faveur de la démocratie au Pakistan.

Enfin, Marcello Spatafora a souligné l'importance de l'adoption de cette déclaration, d'urgence, et du souhait du Conseil de « rendre hommage » à cette personnalité politique.

Prenant la parole à sa suite, le représentant par intérim du Pakistan, Faruqh Amil a affirmé devant les journalistes que le Pakistan était « dans un état de choc à la suite des événements d'aujourd'hui ».

« C'est une grande tragédie pour le peuple du Pakistan. Trois jours de deuil national ont été décrétés. Le gouvernement et le peuple du Pakistan condamnent de façon unanime cet acte de terrorisme. Le Pakistan reste une victime du terrorisme. Notre président, notre ancien Premier ministre et nos ministres ont été attaqués. Ces terroristes attaquent toutes les formes de la modernité, mais le gouvernement reste fermement déterminé à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations », a déclaré le représentant.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.