Iraq : le Conseil proroge d&#39un an le mandat de la force multinationale

19 décembre 2007

Le Conseil de sécurité a prorogé hier jusqu&#39au 31 décembre 2008 le mandat de la Force multinationale en Iraq ainsi que les arrangements sur le versement des produits pétroliers au Fonds de développement pour l&#39Iraq et le mandat du Conseil international consultatif et de contrôle de ce Fonds, conformément à la demande, « une dernière fois », du Premier ministre iraquien.

Aux termes de la résolution résolution 1790 (2007) le mandat de la Force multinationale sera réexaminé à la demande du gouvernement iraquien ou au plus tard le 15 juin 2008. Le Conseil indique qu'il mettra fin à ce mandat plus tôt si le gouvernement iraquien le lui demande.

Dans le même texte, le Conseil décide aussi de proroger jusqu'au 31 décembre 2008, les arrangements sur le versement au Fonds de développement pour l'Iraq des revenus de l'exportation de pétrole, de produits pétroliers et de gaz naturel.

Jusqu'à la même date, le Fonds de développement pour l'Iraq continuera à être contrôlé par le Conseil international consultatif et de contrôle, a décidé le Conseil de sécurité, en indiquant là aussi qu'il est disposé à examiner ces arrangements à la demande du gouvernement iraquien ou au plus tard le 15 juin 2008.

Avant que les représentants de la Fédération de Russie, des États-Unis, du Royaume-Uni et de l'Iraq ne commentent la résolution, le Contrôleur des Nations Unies, Warren Sach, a relevé les dysfonctionnements du Fonds qui, précise-t-il, a reçu, depuis le 31 décembre 2006, plus de 80 milliards de dollars.

Enfin, le Conseil a décidé de maintenir le gel des fonds, avoirs financiers et ressources économiques des hauts responsables de l'ancien régime de Saddam Hussein et des membres de leur famille.

Dans la lettre qu'il avait adressée au président de Conseil de sécurité, Nuri Kamel al-Maliki demandait au Conseil de proroger la Force multinationale à la lumière de la capacité renforcée de son armée et de ses forces de sécurité ainsi que de ses réussites importantes dans les domaines de la sécurité, de la vie politique et de l'économie.

Le Premier ministre énumère ensuite les six éléments sous-tendant le rôle et l'autorité de la Force multinationale pour réaliser, précise-t-il, « l'équilibre entre, d'une part, la nécessité de proroger, une dernière fois, le mandat de la Force multinationale et, d'autre part, les progrès réalisés par l'Iraq dans le domaine de la sécurité ».

Il est important, ajoutait le Premier ministre, « que l'Iraq soit traité comme un État indépendant et pleinement souverain ».

Dans sa lettre, le Premier ministre iraquien demandait aussi au Conseil d'examiner ses résolutions relatives au versement de 5% des produits de la vente du pétrole au Fonds d'indemnisation des victimes koweitiennes de la guerre de 1991.

Il prévenait que le versement d'un pourcentage aussi important grève lourdement son pays au moment où il a cruellement besoin de ces fonds pour reconstruire ses infrastructures. L'augmentation du cours du pétrole, ajoutait-t-il, signifie que le montant réel que le pourcentage de 5% est cinq fois plus élevé qu'il ne l'était.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.