FAO : mesures urgentes requises face à la flambée du cours des denrées alimentaires

18 décembre 2007

L&#39Organisation des Nations Unies pour l&#39alimentation et l&#39agriculture (FAO) exhorte aujourd&#39hui les gouvernements et la communauté internationale à mettre en oeuvre des mesures immédiates pour soutenir les pays pauvres durement touchés par la flambée des prix des produits agricoles.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) exhorte aujourd'hui les gouvernements et la communauté internationale à mettre en oeuvre des mesures immédiates pour soutenir les pays pauvres durement touchés par la flambée des prix des produits agricoles.

« A l'heure actuelle, 37 pays dans le monde sont confrontés à des crises alimentaires du fait de conflits et de catastrophes naturelles. En outre, la sécurité alimentaire est mise à rude épreuve par la hausse sans précédent des cours des produits agricoles provoquées à la fois par des stocks mondiaux à leur plus bas niveau historique, des sécheresses et des inondations dues au changement climatique, les cours élevés du pétrole et la demande croissante sur les biocarburants », prévient la FAO aujourd'hui dans un communiqué publié à Rome.

Les cours internationaux élevés des céréales ont déjà provoqué des émeutes dans plusieurs pays, rappelle l'agence.

Dans son bulletin Perspectives de l'alimentation de novembre 2007, la FAO estime que le coût total des importations de denrées alimentaires des pays à faible revenu et à déficit alimentaire en 2007 dépasserait 107 milliards de dollars, soit environ 25% de plus que l'année précédente.

"Des mesures urgentes et novatrices sont nécessaires pour prévenir les effets négatifs d'une escalade ultérieure des cours élevés des produits agricoles et pour doper rapidement la production alimentaire dans les pays les plus touchés", a déclaré aujourd'hui Jacques Diouf, directeur général de la FAO, au cours d'une conférence de presse au siège de l'Organisation, à Rome.

"Sans un soutien, les agriculteurs pauvres et leurs familles dans ces pays ne seront pas à même d'affronter la crise. L'aide à court terme aux ménages pauvres et vulnérables des zones rurales pour leur permettre de produire davantage est un moyen efficace de les mettre à l'abri de la faim et de la sous-alimentation", a ajouté M. Diouf.

« La FAO lance un appel pour une action urgente visant à améliorer l'accès aux intrants pour les petits paysans dans les pays à faible revenu et à déficit alimentaire qui dépendent largement des importations alimentaires. Il s'agit notamment d'engrais, de semences et d'autres intrants destinés à doper, en particulier, la production agricole locale » a-t-il lancé.

« Dans ces pays, il serait possible d'améliorer l'accès à ces intrants en délivrant aux paysans pauvres des bons pour l'achat de semences, d'engrais et d'autres intrants destinés aux principales cultures vivrières. Cela devrait accroître la production alimentaire locale et atténuer la menace persistante de sous-alimentation aiguë pour des millions de personnes ».

La FAO soutiendra un programme modèle qui jouera un rôle de catalyseur, en étroite collaboration avec le secteur privé. Dans le même temps, la FAO aidera les pays à mobiliser les ressources requises pour renforcer à la fois leur capacité productive, leur accès aux marchés et d'autres mesures assurant la sécurité alimentaire des ménages à long terme, affirme le communiqué.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.