Rénovation de l&#39ONU : cinq ans pour reconstruire un immeuble à la pointe de la technologie

18 décembre 2007

Maintenant que l&#39Assemblée générale a approuvé un plan de rénovation accéléré pour le complexe des Nations Unies à New York, le directeur du Plan-cadre d&#39équipement, l&#39architecte Michael Adlerstein a expliqué hier comment il comptait s&#39y prendre pour reloger plus de 4.800 fonctionnaires pendant les cinq années de travaux.

« L'objectif prioritaire est d'assurer la continuité des activités des Nations Unies. Les travaux de rénovation devraient se faire en plusieurs étapes, la première étant la construction d'un bâtiment des conférences temporaire sur la pelouse nord », a déclaré Michael Adlerstein lors d'une conférence de presse (dépêche du 11.12.2007).

Le directeur exécutif du Plan-cadre d'équipement a précisé que ce bâtiment accueillera le service des conférences, puis les fonctions de l'Assemblée générale. Il ne sera pas très grand, tout au plus trois étages, a-t-il précisé.

D'autre part, s'il a reconnu que le budget provisoire est un peu plus élevé que prévu, il a toutefois assuré que son équipe cherche des moyens de diminuer les coûts. Il a expliqué que l'objectif est de revenir au budget approuvé et s'est dit confiant qu'ils y arriveront. Le budget initial approuvé est de 1 milliard 876 millions de dollars.

S'agissant de la rénovation elle-même, Michael Adlerstein a expliqué que l'objectif est de suivre un modèle de construction respectueux de l'environnement.

En réponse à une question, il a indiqué qu'il sera toutefois impossible de recourir à l'énergie solaire photovoltaïque. Vu l'emplacement et la taille du bâtiment, les panneaux solaires ne peuvent être une source d'énergie suffisante, a-t-il précisé.

Par ailleurs, il a expliqué que les responsables des travaux entendent améliorer les infrastructures, comme le chauffage, l'air conditionné ou l'éclairage. Une attention particulière sera accordée aux « matériaux historiques », a-t-il précisé, en réponse à une question. Quant aux oeuvres d'art qui ornent les locaux actuels, elles seront entreposées dans un local pendant la durée des travaux et celles qui ne peuvent être déplacées seront protégées, a-t-il assuré.

Les risques pour la santé sont réduits, a-t-il ensuite assuré, pour répondre aux préoccupations relayées par la presse. Il a fait observer que près de 50 bâtiments sont actuellement rénovés à Manhattan et que le retrait de l'amiante est fait par le biais d'une procédure sûre, du moment que personne ne reste dans le bâtiment. Nous travaillons à rendre le bâtiment sûr et à respecter les délais, a-t-il insisté.

En sus des centaines de représentants qui participent aux conférences, il y a en permanence 4.800 fonctionnaires et fournisseurs dans les six immeubles à rénover, a expliqué Michael Adlerstein. Il est ainsi prévu de procéder en plusieurs temps, pour reloger ces personnes dans des locaux transitoires extérieurs. Outre des locaux à usage de bureaux situés au 305 East 46th Street pour lesquels un bail a été conclu en juillet 2007, l'ONU est actuellement à la recherche de locaux transitoires supplémentaires. Le directeur exécutif du Plan-cadre d'équipement a ainsi expliqué que le personnel sera déplacé à mesure que les travaux progressent.

Michael Adlerstein a expliqué que son équipe réfléchit actuellement à la relocalisation des employés et des journalistes. Une solution sera trouvée dans les deux prochains mois, a-t-il précisé. Plusieurs journalistes craignant d'être séparés des diplomates et du personnel du Secrétariat, alors qu'ils se trouvent aujourd'hui au centre des activités, il a répondu que son équipe était consciente de cette requête. Nous faisons le maximum, a-t-il assuré.

Il a en outre souligné que des consultations étaient encore en cours pour l'allocation des espaces temporaires et que, le cas échéant, un service de navettes permettant à tous de joindre le bâtiment des conférences pourrait être considéré.

Le bâtiment des Nations Unies est un site touristique important, a souligné un journaliste, avant de s'enquérir de ce qui serait fait pour assurer le service des visites. Michael Adlerstein a expliqué que son équipe est consciente de cette question et envisage de continuer de permettre, d'une manière ou d'une autre, un accès aux bâtiments. Toutefois, ces visites devront être suspendues pendant de courtes périodes, a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.