Iraq : il est difficile d&#39évaluer le nombre de retours, estime le HCR

7 décembre 2007

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), la situation actuelle en Iraq ne permet pas d&#39évaluer précisément le nombre de personnes qui reviennent dans le pays, mais les besoins augmentent de façon certaine.

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), la situation actuelle en Iraq ne permet pas d'évaluer précisément le nombre de personnes qui reviennent dans le pays, mais les besoins augmentent de façon certaine.

« Selon la Société du Croissant rouge iraquien, quelque 25,000 à 28,000 Iraquiens sont rentrés chez eux entre la mi-septembre et la fin du mois de novembre, la majorité - environ 20,000- rentrant à Bagdad », a déclaré le porte-parole William Spindler, dans un communiqué publié aujourd'hui à Genève.

Cependant, « dans les conditions actuelles en Iraq, la surveillance permanente et la collecte d'informations sont très difficile à réaliser », a-t-il ajouté.

En raison de l'insécurité et des conditions inadéquates, l'agence n'encourage d'ailleurs pas les retours. Mais beaucoup pensent que la situation s'est améliorée, ou doivent rentrer pour des raisons économiques, parce que leur visa a expiré ou parce qu'ils veulent inscrire leurs enfants à l'école.

Mardi dernier, l'ONU a lancé avec le gouvernement iraquien un plan de réponse rapide qui consiste en la distribution d'un paquet d'urgence (dépêche du 04.12.2007). Le HCR contribue à hauteur de 9,5 millions de dollars à un budget de 11 millions destinés à aide immédiatement quelque 5,000 familles.

En Syrie, où sont réfugiés 1,4 millions d'Iraquiens, le HCR et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont accepté d'accroître le nombre de récipiendaires de l'aide alimentaire, devant un nombre de plus en plus important d'Iraquiens démunis. En janvier, environ 144.000 réfugiés devraient bénéficier de cette aide, contre 51.000 en novembre et décembre. Au vu des tendances actuelles, les agences prévoient d'étendre l'aide à 262.800 personnes d'ici la fin de l'année 2008.

Par ailleurs, le porte-parole du HCR a indiqué qu'en raison de l'absence de ressources, les communautés iraquiennes en Syrie avaient vu se multiplier les cas de mariage précoce et de mariage temporaire, comme stratégies de survie.

Pour les plus démunis, le bureau de l'agence en Syrie a lancé un programme d'assistance financière en effectif avec l'appui d'une banque privée, qui distribuera des cartes de retrait à plus de 7,000 familles. Ce nombre devrait augmenter, indique le HCR, qui identifie jusqu'à 100 cas nouveaux chaque semaine.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.