Tchad : les combats empêchent l&#39aide d&#39arriver aux réfugiés - HCR

4 décembre 2007

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a exprimé aujourd&#39hui son inquiétude devant la détérioration de la situation sécuritaire dans l&#39est du Tchad, où l&#39intensité des combats entre l&#39armée régulière et les forces rebelles ont empêché les travailleurs humanitaires d&#39avoir d&#39accès à certains camps de réfugiés.

« Les combats, survenus principalement dans les régions de Farchana (Hadjer Hadid), d'Iriba, de Biltine et de Guereda situées au nord et à l'est d'Abéché ? la principale base opérationnelle du HCR pour les 12 camps ? ont eu lieu généralement loin des régions habitées et n'ont causé aucun mouvement de population », a déclaré aujourd'hui le porte-parole Andrej Mahecic, selon un communiqué publié à Genève.

Cependant, les réfugiés des camps de Farchana, Iriba, Guereda et Goz Beida, dont 212.000 personnes en provenance du Darfour, commencent à souffrir de la situation car les travailleurs humanitaires n'ont eu qu'un accès restreint à ces zones la semaine dernière.

Hier, plus de 130 travailleurs humanitaires qui étaient bloqués dans la ville de Hadjer Hadid depuis le 24 novembre en raison de violents combats, ont pu rejoindre Abéché.

Le brigandage a aussi augmenté dans un contexte aussi instable, a constaté le porte-parole, qui a déclaré que l'agence, avec l'aide d'organisations partenaires, apportait son soutien à 240.000 réfugiés du Darfour dans l'est du Tchad, et à 180.000 personnes déplacées près de Farchana, Goz Beida et Koukou-Angarana.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.