Moyen-Orient : l&#39ouverture des négociations à Annapolis doit être suivie de mesures sur le terrain

30 novembre 2007

Avec la conférence d&#39Annapolis, « le processus de paix au Moyen-Orient a connu il y a trois jours l&#39avancée la plus importante de ces dernières années », mais la situation sur le terrain reste très difficile, a estimé aujourd&#39hui le responsable des affaires politiques lors de son exposé mensuel devant le Conseil de sécurité.

Avec la conférence d'Annapolis, « le processus de paix au Moyen-Orient a connu il y a trois jours l'avancée la plus importante de ces dernières années », mais la situation sur le terrain reste très difficile, a estimé aujourd'hui le responsable des affaires politiques lors de son exposé mensuel devant le Conseil de sécurité.

B. Lynn Pascoe, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, a notamment récapitulé les événements du sommet convoqué à l'initiative des Etats-Unis à Annapolis, près de Washington, le 27 novembre dernier (dépêche du 27.11.2007).

Un fait marquant à la conférence a été la présence de représentants de la Ligue des Etats arabes, et de leur soutien « à l'idée de parvenir à une paix globale dans la région ».

Le Premier ministre israélien Olmert et le président de l'Autorité palestinienne Abbas sont parvenus à un accord conjoint, qui prévoit tout d'abord de « lancer immédiatement des négociations bilatérales de bonne foi afin de conclure avant la fin de l'année 2008 un traité de paix pour régler toutes les questions en suspens », sans exception.

Les deux dirigeants ont aussi accepté de mettre en place un comité de suivi conjoint et de se réunir deux fois par semaine. Enfin, ils ont accepté de mettre en oeuvre immédiatement leurs obligations aux termes de la Feuille de route.

L'Autorité palestinienne a pris des mesures au titre de la Phase I de la Feuille de route, par le déploiement de 300 membres des forces de sécurité à Naplouse, contre les milices, ce qui a conduit à une amélioration significative de la sécurité, a expliqué B. Lynn Pascoe.

De son côté, le gouvernement israélien a annoncé la libération de 441 nouveaux prisonniers palestiniens, mais cette mesure n'a pas encore été mise en oeuvre. Par ailleurs, les activités de colonisation se poursuivent et aucune colonie n'a été démantelée.

Par ailleurs, « la violence continue de peser sur les Palestiniens et les Israéliens ».

Le mois dernier, « 42 Palestiniens ont été tués et plus de 133 blessés, dont quatre enfant tués lors de raids de l'armée israélienne à Gaza et en Cisjordanie. Plus de 346 Palestiniens ont été détenus par l'armée israélienne. Deux israéliens ont été tués et six blessés tandis que le caporal Shalit en est à son 18ème mois de captivité à Gaza. Les militants de Gaza ont accru les attaques à plus de 116 tirs de roquette et 121 tirs de mortier ».

La situation humanitaire à Gaza continue d'être préoccupante, a précisé le Secrétaire général adjoint.

Enfin, les violences entre Palestiniens se sont aussi accrues, surtout à Gaza, faisant 18 morts dont 3 enfants. Le Hamas a continué d'établir des structures parallèles à l'Autorité palestinienne, convoquant une session illégale du Conseil législatif palestinien afin d'annuler tous les décrets pris par le président Abbas depuis le mois de juin.

Le Hamas a dénoncé la conférence d'Annapolis et tenu des manifestations contre sa tenue, à Gaza et en Cisjordanie, a souligné le Secrétaire général adjoint devant le Conseil de sécurité.

B. Lynn Pascoe a rappelé par ailleurs que le Quatuor pour le Moyen-Orient, composé des États-Unis, de la Fédération de Russie, de l'ONU et de l'Union européenne a prévu de se réunir le mois prochain, en marge de la conférence des donateurs au soutien du plan de réforme de l'Autorité palestinienne pour 2008-2010 établi par le Premier ministre Fayyad.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.