RDC : le Représentant spécial de l&#39ONU « très encouragé » par le processus de paix

29 novembre 2007

Alors qu&#39il quittera prochainement son poste de Représentant spécial du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo, William Lacy Swing s&#39est dit aujourd&#39hui « très encouragé » par le processus en marche dans le pays, tout en estimant que la question des rebelles devait être réglée par les nouvelles institutions du pays.

« Il n'y a rien, sur le plan externe ou interne, qui puisse, à la longue, faire dérailler le processus », a affirmé William Lacy Swing lors de sa déclaration devant la presse aujourd'hui à New York, après son exposé devant le Conseil de sécurité.

Le chef de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) a rappelé que l'objectif du mandat restait de protéger la population. Il a aussi indiqué qu'un entraînement des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) était en cours, notamment celui de 11 des 18 brigades intégrées. Par ailleurs, une série d'opérations militaires conjointes FARDC et MONUC ont eu lieu dans les Kivus et en Ituri, a-t-il ajouté, rappelant que l'objectif est de faire entrer les milices dans le processus de paix.

William Lacy Swing a aussi rappelé les recommandations du Secrétaire général concernant le renouvellement du mandat de la MONUC pour un an à partir du mois de janvier, le maintien des personnels militaires et policiers au niveau actuel – 17.000 troupes et 1.141 policiers - et le soutien total aux autorités congolaises.

Le Commandant des forces de la MONUC, Babacar Gaye, a également précisé que le processus avançait, avec la reddition récente d'un ancien officier rebelle proche de Laurent Nkunda et de 14 de ses hommes (dépêche du 27.11.2007).

La meilleure solution reste la méthode pacifique, a insisté Babacar Gaye, qui était interrogé sur une prochaine offensive des FARDC et de la MONUC.

Selon lui, Laurent Nkunda est accompagné d'environ 3.000 hommes, alors que les FARDC disposent de 20.000 troupes au Nord Kivu.

« La position du Gouvernement est d'envoyer Laurent Nkunda en exil », a par ailleurs affirmé William Lacy Swing, qui a souligné la responsabilité du général déchu dans la vague de déplacements de population qui a eu lieu dans la région.

Pour la première fois depuis 50 ans, le pays dispose d'institutions légitimes et de bases solides, grâce à des élections satisfaisantes, s'est félicité le Représentant du Secrétaire général, qui a cependant indiqué que la présence de troupes rebelles étrangères au processus de paix était une « aberration » qu'il revenait aux nouvelles institutions d'affronter.

William Lacy Swing laissera prochainement son poste à Alan Doss, du Royaume-Uni (dépêche du 19.10.2007).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.