HCDH : Louise Arbour préoccupée par l&#39état d&#39urgence en Géorgie

8 novembre 2007

La Haut Commissaire aux droits de l&#39homme, Louise Arbour, s&#39est déclarée préoccupée par l&#39imposition de l&#39état d&#39urgence en Géorgie, appelant au maintien des libertés fondamentales.

La Haut Commissaire s'est dite « particulièrement préoccupée par les informations concernant le recours disproportionné à la force, notamment contre le procureur général de la Géorgie, la détention de dirigeants de l'opposition et les coups infligés aux manifestants » indique un communiqué publié aujourd'hui à Genève.

« Les raids contre les stations de télévision indépendantes par les forces spéciales pour les empêcher d'émettre » sont aussi une source d'inquiétude.

Louise Arbour a apporté son soutien au procureur général, soulignant que « son indépendance et son inviolabilité doit être respectée sans exception ».

La Géorgie est partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques qui stipule que les droits fondamentaux, tels que le droit à la vie, la prohibition des détentions arbitraires, la torture et les traitements cruels, inhumains et dégradants, ne peuvent être suspendus même en situation d'urgence, rappelle le communiqué.

La Haut Commissaire insiste sur le fait que « toute restriction des droits doit être proportionnée et limitée dans le temps ».

Selon la presse, le président Saakashvili aurait annoncé aujourd'hui l'organisation d'une élection présidentielle anticipée. La déclaration de l'état d'urgence mercredi a suivi cinq jours de manifestations réclamant des élections parlementaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.