Ban Ki-moon prêt à s&#39envoler pour l&#39Antarctique et l&#39Amazone

6 novembre 2007

Les prochains voyages du Secrétaire général en Amérique du Sud, et notamment en Antarctique, lui permettront de se rendre compte directement des effets des changements climatiques, afin de préparer la voie vers la conférence de Bali.

« Je considère que ce voyage est très important », a dit Ban Ki-moon aujourd'hui devant la presse (webcast).

Le Secrétaire général a espéré « accroître son impact politique » sur la question grâce à son voyage dans la perspective de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de Bali qui doit avoir lieu au mois de décembre.

La semaine prochaine, le Secrétaire général se rendra en Argentine, au Chili, en Antarctique, au Brésil et en Espagne. En Argentine, il aura une réunion conjointe avec le président Nestor Kirchner et la présidente élue, Cristina Fernández de Kirchner avant de se rendre au Sommet ibéro-américain au Chili.

Après son départ de Santiago, le Secrétaire général se rendra à Punta Arenas, dans le sud du Chili, et en Antarctique.

Au Brésil, grâce à une visite dans la région de l'Amazonie, y compris la forêt nationale de Tapajós, le Secrétaire général fera le point des résultats obtenus récemment dans la lutte contre la déforestation et de promotion d'une gestion durable de la forêt. Il rencontrera aussi le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva.

Lors d'une visite dans une usine d'éthanol près de Sao Paulo, il espère voir comment l'utilisation des biocarburants a permis au Brésil de réduire de façon significative ses émissions de gaz à effet de serre.

Interrogé sur le risque qu'il y a à divertir des ressources alimentaires pour produire des carburants, soulevé récemment par le rapporteur des Nations Unies sur le droit à l'alimentation, Ban Ki-moon a souligné que la possibilité d'avoir des sources d'énergie renouvelables était très importante (dépêche du 26.10.2007).

« Le Brésil est un agent moteur dans la recherche et le développement sur les biocarburants. Mais c'est vrai qu'il existe des préoccupations concernant l'impact sur la sécurité alimentaire ».

« L'élimination de la pauvreté devrait être une priorité, donc l'équilibre à trouver est délicat. Je voudrais voir moi-même sur le terrain ce qu'il en est », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.