Le HCR manque de fonds pour ses opérations en Afrique de l&#39Ouest

16 octobre 2007

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) n&#39a pas reçu les fonds nécessaires pour financer ses opérations destinées à aider les réfugiés sahraouis et mauritaniens.

« Plus tôt cette année, l'UNHCR avait lancé un appel d'un montant de 3,5 millions de dollars pour poursuivre différents projets de rétablissement de la confiance – notamment les visites familiales, les liaisons téléphoniques et les réunions – dans le but de maintenir un lien entre les réfugiés sahraouis présents dans les camps de Tindouf en Algérie et leurs familles habitant dans le territoire du Sahara occidental », a indiqué la porte-parole du HCR Jennifer Pagonis, selon un communiqué publié aujourd'hui à Genève.

« Seulement la moitié des fonds demandés lors de l'appel a été versée et il y a eu peu de réaction des donateurs. Nous craignons de devoir suspendre les visites familiales le mois prochain », a-t-elle déploré.

Cela fait plus de trente ans que les réfugiés sahraouis vivent dans l'ouest de l'Algérie et le HCR tente de rétablir le contact avec les familles restées au Sahara Occidental, notamment grâce à des visites et des appels téléphoniques.

Depuis mars 2004, 4.423 personnes ont bénéficié de ces visites familiales et 83.675 appels ont été passés.

Par ailleurs, le HCR s'efforce d'aider les réfugiés mauritaniens au Sénégal et au Mali, depuis que le 20 juin dernier, le président mauritanien nouvellement élu a invité tous les réfugiés restant à rentrer chez eux. Certains d'entre eux ont passé plus de 20 ans en exil.

Au mois d'août dernier, l'agence a lancé un appel d'un montant de sept millions de dollars pour financer le rapatriement volontaire de 24.000 réfugiés au Sénégal qui ont exprimé leur souhait de rentrer chez eux. Mais seulement 500.000 dollars ont pour l'instant été reçus.

De plus, certains réfugiés mauritaniens au Mali ont exprimé également leur désir de rentrer chez eux.

Un accord tripartite entre les gouvernements de Mauritanie et du Sénégal et l'UNHCR, définissant le cadre juridique de ces retours, devrait être signé cette semaine, indique le communiqué.

L'opération du HCR devrait durer 17 mois et commencer ce mois-ci. Elle vise à organiser des transports sécurisés et à assurer une première assistance à la réintégration ainsi qu'à aider les communautés locales avec de nouvelles infrastructures et de nouveaux services de santé et d'éducation.

La porte-parole a indiqué que l'agence utilisera au maximum les ressources existantes, et essaiera de minimiser le coût de l'opération en redéployant autant de moyens que possible venant d'autres programmes qui sont actuellement en train de se terminer en Afrique de l'Ouest.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.