RDC : Cinq membres du Conseil de sécurité réaffirment leur soutien au gouvernement démocratique

16 octobre 2007

A l&#39issue d&#39une rencontre entre les ambassadeurs de cinq pays membres du Conseil de sécurité et le Président Kabila, l&#39envoyé de l&#39ONU William Lacy Swing a rappelé le soutien des Nations Unies au gouvernement démocratiquement élu en République démocratique du Congo, face à la rébellion qui a repris au Nord Kivu.

« Nous lançons un appel pressant à tous les dissidents pour qu'ils se rendent au 'brassage' [en vue de l'intégration dans l'armée nationale], sans délai et sans condition, de même qu'aux FDLR, pour qu'ils rentrent chez eux immédiatement », a déclaré hier William Lacy Swing, le chef de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC).

Ce dernier s'exprimait à l'issue d'une réunion entre les ambassadeurs d'Afrique du Sud, de Belgique, des États-Unis, de France, du Royaume-Uni, membres du Conseil de sécurité, et le Président Joseph Kabila, à Goma, chef-lieu de la province du Nord Kivu, indique un communiqué publié hier à Kinshasa.

« Nous demandons par ailleurs à tous les acteurs de la région qu'ils se comportent en bons voisins et soutiennent la reconstruction de la RDC », ajoute la déclaration.

« Nous tenons également à réitérer notre préoccupation face à la situation humanitaire qui prévaut au Nord Kivu et appelons tous les belligérants à assurer un accès total et sans restriction aucune des acteurs humanitaires aux populations civiles vulnérables ».

La réunion d'hier a eu lieu à Goma parce que le Président y était en déplacement et tenait à respecter son engagement pris la semaine dernière de nous recevoir le plus tôt possible, un mois après notre dernière rencontre, qui a eu lieu le 13 septembre dernier, a expliqué le Représentant spécial du Secrétaire général.

« Nos échanges d'aujourd'hui ont essentiellement porté sur la situation au Nord Kivu, mais aussi sur la table ronde qui doit se tenir sur la réforme du secteur de la sécurité, sur le processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) et sur la problématique des éléments armés des Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) ».

Cette rencontre s'inscrivait « dans le cadre d'une série d'échanges réguliers » avec le Président Kabila, sur plusieurs questions d'intérêt commun, rappelle le communiqué.

La reprise des combats par les FDLR de Laurent Nkunda ont conduit au déplacement de plus de 80.000 personnes dans cette zone.

Par ailleurs, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) s'est récemment déclaré inquiet « en raison de l'accroissement des forces et des matériels militaires au Nord Kivu » et du recrutement d'enfants soldats.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) affirme aussi que le nombre de viols signalés au Nord Kivu en septembre s'est élevé à 350, soit 60% de plus que le mois précédent.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.