Le prix Nobel décerné au Groupe d&#39experts intergouvernemental sur l&#39évolution du climat de l&#39ONU

15 octobre 2007

L&#39ONU se félicite que le prix Nobel de la Paix ait été attribué cette année au Groupe d&#39experts intergouvernemental sur l&#39évolution du climat (GIEC) et à l&#39Américain Albert Gore.

« C'est un honneur qui revient à tous les scientifiques et à tous les responsables qui ont contribué au travail du GIEC, qui par lui seul a donné un prestige énorme à cette organisation et une efficacité remarquable au message qu'il contient », a déclaré Rajendra Pachauri, le président du GIEC, dans un communiqué publié à Genève.

Les évaluations du GIEC ont été réalisées sur la base de rapports élaborés par des équipes du monde entier. Ces équipes, composées d'experts de différentes disciplines ayant des perspectives scientifiques variées, ont ainsi assuré une couverture globale et interdisciplinaire qui a garanti la transparence du travail.

« Le Secrétaire général note que c'est en grande partie grâce aux conclusions lucides et bien documentées du GIEC qu'il est maintenant établi de façon certaine que le changement climatique est une réalité, et que l'activité humaine en est largement responsable », indique un message transmis par la parole-parole de Ban Ki-moon.

« Il rend hommage à l'engagement et à la conviction exceptionnelle d'Al Gore, comme exemple du rôle crucial que les personnes et la société civile peuvent jouer en encourageant une réponse multilatérale aux problèmes mondiaux », ajoute le message.

Le Secrétaire général espère maintenant que tous les pays, industrialisés et en développement, s'engageront lors de la prochaine Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (UNFCCC) qui se tiendra à Bali, en Indonésie, en décembre prochain.

De son côté Srgjan Kerim, le président de l'Assemblée générale, a exprimé dans une déclaration sa grande satisfaction devant la « reconnaissance du fait que le changement climatique n'est pas qu'un problème écologique, mais aussi un défi mondial, à multiples facettes, qui demande l'attention immédiate et primordiale de la communauté internationale ».

Il s'est dit particulièrement ravi qu'un organe de l'ONU ait reçu le prix cette année. Alors que les Nations Unies ont représenté un « forum-clef » pour reconnaître et répondre à la menace du changement climatique, cette récompense « révèle aussi positivement le travail de l'ONU dans son ensemble », a souligné le président.

Le GIEC a été créé en 1988 par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). Tous les membres de l'ONU et de l'OMM peuvent en faire partie. L'une de ces principales activités consiste à procéder, à intervalles réguliers, à une évaluation de l'état des connaissances relatives au changement climatique.

Le GIEC rejoint le groupe des lauréats Nobel de la famille de l'ONU, composé du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), de l'Organisation Internationale du Travail (OIT), du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), du Maintien de la Paix, de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA), mais aussi de Ralph Bunche, Dag Hammarskjöld, Kofi Annan et les Nations Unies elles-mêmes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.