Dans l&#39attente d&#39un règlement final, le Kosovo se concentre sur ses élections

3 octobre 2007

Si les négociations concernant le statut futur du Kosovo demeurent au coeur de la vie politique du pays et doit être réglée sous peine de laisser place à l&#39instabilité, ce sont désormais les élections qui accaparent de plus en plus les partis politiques, affirme le Secrétaire général dans un rapport publié aujourd&#39hui.

En effet, les mandats de l'Assemblée du Kosovo et des assemblées municipales expirent en novembre et décembre prochains, respectivement, souligne le rapport au Conseil de sécurité.

Ban Ki-moon y salue les « progrès accomplis par les Institutions provisoires du Kosovo concernant l'application des normes » et se dit « « encouragé, en particulier, par leur volonté ferme de mener le Kosovo sur la voie de l'intégration avec l'Union européenne ».

Quant aux négociations sur le statut final, la période couverte par le rapport, du 1er juin au 31 août, a été « marquée essentiellement par les délibérations relatives à une nouvelle résolution du Conseil de sécurité ».

« La communauté albanaise du Kosovo et ses dirigeants se sont déclarés déçus que le Conseil n'ait pas adopté de nouvelle résolution ».

La question est donc revenue entre les mains du Groupe de contact, qui a pris l'initiative de lancer une période d'engagement de 120 jours entre les parties, sous l'égide de la « Troïka » composée de représentants de l'Union européenne, de la Fédération de Russie et des États-Unis d'Amérique.

« Les Nations Unies prennent ces négociations très au sérieux et s'attendent à ce que les parties et la Troïka fassent tout leur possible pour parvenir à un accord qui puisse être entériné par le Conseil de sécurité. Aucun effort ne devrait être épargné pour parvenir à un règlement acceptable de la question du statut du Kosovo, conformément aux principes directeurs du Groupe de contact », souligne Ban Ki-moon.

« Pendant la période de négociation, les parties devraient tenir des débats constructifs et sincères », préconise le Secrétaire général.

Soulignant que la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) avait réalisé tous les objectifs fixés par le Conseil de sécurité, le rapport souligne « qu'à ce stade, tout progrès supplémentaire dépendra du règlement en temps opportun de la question du statut du Kosovo ».

« Autrement dit, une nouvelle prolongation du processus relatif au statut futur du Kosovo remettrait en question les résultats obtenus par les Nations Unies au Kosovo depuis juin 1999 ».

Étant donné le désaccord profond des parties, « il faudrait s'interroger sur les mesures à prendre au cas où les parties ne parviendraient pas à un accord avant la fin de la période actuelle d'engagement ».

« Le processus relatif au statut du Kosovo doit être poursuivi, sans rien perdre de son élan, jusqu'à sa conclusion, sans quoi les progrès accomplis jusqu'à présent risquent fort d'avoir été vains et de laisser la place à l'instabilité au Kosovo et dans la région » prévient le Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.