Les Nations Unies lancent un vaste appel humanitaire en faveur des déplacés iraquiens

18 septembre 2007

Les agences humanitaires des Nations Unies lancent aujourd&#39hui un appel à contribution de plus de 84 millions de dollars en faveur des deux millions de déplacés iraquiens qui ont fui la violence dans leur pays vers les pays voisins.

Le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont lancé aujourd'hui cet appel à contribution de 84,8 millions de dollars, qui iront à l'assistance aux gouvernements qui ont accueilli ces populations pour répondre aux besoins alimentaires et médicaux jusqu'à la fin de l'année prochaine.

« L'appel souligne les besoins élémentaires en matière de santé des déplacés iraquiens dans les pays voisins, notamment la Syrie et la Jordanie, qui abritent près de 1,5 millions et 750.000 Iraquiens respectivement », indique un communiqué publié aujourd'hui par l'OMS, à Genève.

En Syrie, des centaines d'amputés iraquiens ont besoin de prothèses et des milliers de patients souffrant d'un cancer ou de traumatismes ont besoin de traitements spécialisés.

Mais l'accès aux hôpitaux est limité. Des failles sont apparues dans les systèmes de surveillance des maladies, ce qui accroît le risque de propagation de maladies pour lesquelles des vaccins existent.

« La détérioration du pouvoir d'achat des Iraquiens pourrait aussi conduire à l'accroissement des taux de malnutrition. Enfin, les déplacés ont besoins de services de santé pour les enfants et dans le domaine de la reproduction ».

Cet effort requerra une coordination d'envergure entre les gouvernements, les agences des Nations Unies et les ONG, ainsi qu'un soutien important de la part de la communauté internationale, souligne le communiqué.

Lors d'une conférence de presse à New York aujourd'hui, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a souligné « l'obligation morale » qui pèse sur "toutes les parties concernées" d'apporter une aide aux réfugiés iraquiens.

Ban Ki-moon était interrogé sur le nombre limité de réfugiés iraquiens admis aux Etats-Unis.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.