HCR: les horreurs de la traversée ont repris dans le Golfe d&#39Aden

14 septembre 2007

Seulement 10 jours après la reprise des activités des trafiquants dans le Golfe d&#39Aden, au moins 56 personnes sont mortes en tentant ce voyage périlleux depuis la Somalie vers le Yémen, déplore aujourd&#39hui le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Seulement 10 jours après la reprise des activités des trafiquants dans le Golfe d'Aden, au moins 56 personnes sont mortes en tentant ce voyage périlleux depuis la Somalie vers le Yémen, déplore aujourd'hui le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

« Depuis le 3 septembre, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés au Yémen a enregistré l'arrivée de 12 bateaux transportant 925 personnes somaliennes, éthiopiennes et d'autres nationalités. Un autre bateau de trafiquants n'a apparemment pas pu atteindre le Yémen après avoir eu des problèmes à environ 100 kms à l'ouest de Bossasso, dans la région somalienne du Puntland », a rapporté le porte-parole du HCR, Ron Redmond, lors de son point de presse au siège de l'ONU à Genève.

Hier, « le HCR a reçu des rapports faisant état du fait qu'au moins 100 Somaliens se trouvaient à bord de ce bateau qui a fait demi-tour vers les côtes somaliennes, après avoir dérivé pendant 6 jours. Beaucoup d'entre eux ont été battus, et certains auraient même été aspergés d'acide par les trafiquants. Les corps de ceux qui n'ont pas survécu à ces 6 jours de supplices auraient été jetés par-dessus bord. Nous ne connaissons pas le nombre exact de ceux qui sont morts ».

Les derniers arrivés au Yémen ont rapporté « qu'ils avaient été battus par les trafiquants pendant leur voyage et que 24 personnes sur leur bateau étaient mortes ? trois d'entre elles des suites des coups reçus; 11 qui étaient entassées dans la cale du bateau et 10 qui se sont noyées en haute mer, loin des côtes ».

« Ces derniers arrivés nous ont également dit qu'une fois qu'ils ont atteint les côtes, ils ont essuyé des coups de feu des forces militaires basées dans la région de Jalbad », a dit le porte-parole.

Un Ethiopien a été blessé et transféré par l'UNHCR pour recevoir une assistance médicale. Les passagers ? pour la plupart originaires des régions instables de Somalie et de la région de plus en plus troublée d'Ogaden, en Ethiopie ? ont dit qu'ils avaient payé entre 70 à 150 dollars pour faire la traversée. Il y avait également deux Soudanais dans ce groupe, qui ont exprimé le souhait de demander l'asile au Yémen.

Mourir dans le Golfe d'Aden est un risque permanent que prennent chaque année des milliers de personnes qui ont recours aux passeurs dans le Golfe d'Aden, en Méditerranée et sur d'autres mers, rappelle le HCR.

Ces derniers mois, les agences internationales travaillant en Somalie ont rassemblé leurs efforts et mis en place une force spéciale pour mieux faire face au problème.

L'UNHCR a porté sa présence dans le Puntland en Somalie à quelque 25 employés et prépare en premier lieu ? avec des partenaires comme OCHA et OIM ? une campagne d'information pour alerter les personnes sur les risques encourus lorsqu'elles font appel aux trafiquants.

Des dépliants ont été préparés pour être distribués par les différentes équipes sur le terrain partout au Puntland et au Somaliland. Des spots radio ont également été spécialement enregistrés.

Dans le même temps, l'UNHCR travaille sur l'amélioration de l'accès à l'asile et aux services de base en Somalie pour ceux qui auraient besoin de protection internationale.

Cela permettrait d'offrir une alternative plus sûre pour les réfugiés et les déplacés internes.

« Alors que nous espérons que de telles mesures feront décroître le nombre des départs, elles seront loin d'être suffisantes pour stopper ces traversées. Les causes profondes sont la guerre, les violations des droits humains, la persécution et la pauvreté qui forcent ces personnes à quitter leurs maisons ; à moins de réagir de façon appropriée à cela, la tragédie continuera », a expliqué Ron Redmond.

Jusqu'à présent, pour 2007, plus de 10 000 personnes seraient arrivées au Yémen sur 103 bateaux. Au total, 282 personnes sont mortes et 159 sont toujours portées disparues et présumées mortes. En 2006, prés de 29 000 personnes ont été enregistrées arrivant au Yémen sur 237 bateaux. Au moins 328 personnes sont mortes et 310 sont portées disparues pour cette année là.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.