RDC : malgré un accrochage, la MONUC signale le maintien global de la cessation des hostilités aux Kivus

10 septembre 2007

Le dimanche 9 septembre, la ville de Kichanga sous contrôle des dissidents de Laurent Nkunda a été le lieu d&#39accrochages entre ses partisans et des groupes armés Ex-FAR/Interahamwe (FDLR) et des Mayi/Mayi de la faction PARECO, affirme aujourd&#39hui la Mission de l&#39Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC).

La MONUC s'est dite « particulièrement préoccupée par la présence des FDLR dans les zones d'affrontement et des risques d'aggravation de la situation que leur présence fait peser dans ces zones », dans un communiqué publié à Kinshasa.

« En dépit de ce climat tendu, les casques bleus du Nord Kivu sont parvenus à évacuer 108 soldats loyaux de la brigade Delta et leurs familles (55 femmes et 69 enfants) de Kichanga à Nyanzale et ce, à la demande des FARDC » (c'est-à-dire l'armée régulière congolaise.

Sur l'ensemble de la province du Nord Kivu, la MONUC constate le respect de la cessation des hostilités entre les FARDC et les dissidents de Laurent Nkunda, affirme le communiqué.

« Cette situation et la présence des FARDC dans la région de Sake sont de nature à favoriser le retour des habitants de cette localité qui avaient fui devant l'avance des dissidents ».

La MONUC rappelle que cette ville est placée sous la protection renforcée des ses soldats qui appliqueront leur mandat avec la plus grande fermeté contre les menaces dont la population pourrait être victime.

Dans le cadre du renforcement de son dispositif de protection des populations, la MONUC a déployé, à partir du Sud Kivu, deux compagnies de casques bleus supplémentaires le 8 septembre.

Conformément à son mandat, la MONUC souligne « qu'elle continuera de défendre avec l'ensemble de ses moyens aériens et terrestres les populations et les centres urbains où elle est déployée et en particulier ceux de Goma et de Sake ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.