RDC : le problème des réfugiés du Nord-Kivu déborde en Ouganda

7 septembre 2007

En raison des combats au Nord-Kivu, des dizaines de milliers de Congolais se sont réfugiés dans les provinces voisines de l&#39Ouganda, où le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a mis en place des équipes d&#39accueil.

« Nos équipes sont sur le terrain et nous allons continuer à surveiller de près la situation », a déclaré Stefano Severe, le Représentant dans le pays, dans un communiqué publié aujourd'hui à Kampala. « Nous voyons bien que les réfugiés congolais désirent rentrer chez eux le plus vite possible, et beaucoup sont déjà en train de le faire », a-t-il ajouté.

Entre 25.000 et 35.000 Congolais ont fui les combats dans la ville de Sake, à l'ouest de Goma, et se sont réfugiés la nuit à Bunagana, dans la province de Kisoro, de l'autre côté de la frontière. Dans la journée, ils sont revenus en RDC pour surveiller leurs biens, en laissant femmes et enfants en Ouganda.

D'après les autorités ougandaises, les Congolais réfugiés souhaitent rester près de la frontière pour rentrer dès que possible dans leur pays. C'est ainsi que jeudi soir, le HCR n'a enregistré que 200 personnes dans le centre d'accueil de Nyakabanda.

Le HCR en Ouganda avait déjà réalisé des missions à Kisoro après une première arrivée de Congolais le 21 août.

« En collaboration avec les autorités ougandaises et d'autres partenaires, nous nous tiendrons prêts à fournir protection et assistance à ceux qui en ont besoin », a déclaré Stefano Severe.

Avec le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM), les autorités locales, la Croix-Rouge et Médecins sans Frontières, le HCR a stocké des couvertures, des jerricans, des bâches en plastique, de la nourriture et des médicaments dans un entrepôt voisin de Nyakabanda.

En République démocratique du Congo, plusieurs camps dans la zone de Mugunga accueillent au moins 35.000 personnes déplacées, et le nombre continue d'augmenter. Les conditions de vie y sont très précaires. Même le HCR n'a accès qu'à certaines zones, et le nombre de personnes déplacées pourrait en fait être bien plus élevé. A Goma, le personnel de l'agence de l'ONU a été témoin de l'arrivée constante de camions transportant des personnes déplacées et leurs biens.

D'après le HCR, plus de 640.000 personnes seraient déplacées dans l'est de la RDC.

« Nous exhortons toutes les parties au conflit dans le Nord-Kivu à ne pas attaquer la population civile et les personnes déplacées en particulier », a déclaré aujourd'hui Ron Redmond, le porte-parole. « En passant en revue les nouveaux arrivants, le HCR et les organisations non-gouvernementales partenaires ont détecté un certain nombre de victimes de viol et de torture », a-t-il expliqué.

Informé que des civils auraient été tués, Ron Redmond a rappelé qu'il s'agissait de graves violations du droit international humanitaire. « Nous espérons encore que les négociations pour s'attaquer aux causes du conflit pourront reprendre », a-t-il déclaré.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.