L&#39ONU et l&#39UA tentent de rallier tous les groupes rebelles à la paix

3 août 2007

Dans son dernier rapport sur le Darfour publié aujourd&#39hui, le Secrétaire général se félicite de l&#39acceptation de l&#39opération hybride par le gouvernement soudanais, alors que les deux envoyés spéciaux, Jan Eliasson pour l&#39ONU et Salim Ahmed Salim pour l&#39Union africaine, s&#39apprêtent à entamer les réunions avec les dirigeants des différents mouvements qui n&#39ont pas encore signé l&#39Accord de Paix d&#39Abuja sur le Darfour (dépêche du 05.05.2006).

Dans son dernier rapport sur le Darfour publié aujourd'hui, le Secrétaire général se félicite de l'acceptation de l'opération hybride par le gouvernement soudanais, alors que les deux envoyés spéciaux, Jan Eliasson pour l'ONU et Salim Ahmed Salim pour l'Union africaine, s'apprêtent à entamer les réunions avec les dirigeants des différents mouvements qui n'ont pas encore signé l'Accord de Paix sur le Darfour signé à Abuja (dépêche du 05.05.2006).

Le rapport , qui couvre la période comprise entre le début de l'année et le 16 juillet, insiste sur les résultats positifs des efforts internationaux en faveur du règlement du conflit dans la région du Darfour.

Les 28 et 29 avril derniers, une réunion internationale en Libye a permis d'aboutir au « Consensus de Tripoli », les différentes parties acceptant de placer toutes les initiatives nationales, régionales et internationales sous l'égide de l'Union africaine et de l'ONU.

Le 8 juin, c'est la feuille de route conjointe entre les deux organismes qui était établie définitivement.

Enfin, Ban Ki-moon se dit « particulièrement réconforté » par la réunion des envoyés spéciaux à Tripoli les 15 et 16 juillet derniers, Salim Ahmed Salim de l'Union africaine et Jan Eliasson de l'ONU.

Il rappelle que l'opération hybride, effort conjoint de l'ONU avec l'Union africaine, a été acceptée par le Président du Soudan, Omar El-Béchir lors d'une mission du Conseil de sécurité à Khartoum le 17 juin.

« Il importe que le Conseil définisse, le plus tôt possible, le mandat de ladite opération », a déclaré le Secrétaire général, de même qu'il a assuré vouloir mettre « tout en oeuvre pour assurer à l'opération un caractère africain ».

Cependant, les affrontements entre les forces du gouvernement et des groupes rebelles continuent, souligne le rapport, de même que les affrontements intertribaux, provoquant de nombreuses victimes dans la population civile.

Malgré la signature d'un communiqué humanitaire entre le gouvernement soudanais et l'ONU en mars, comme conclusion à la visite dans le pays de John Holmes, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, la situation humanitaire continue de préoccuper le Secrétaire général.

Les camps de déplacés sont surpeuplés, et le rapport estime que 566.000 des 4.2 millions de déplacés internes n'ont pas accès à l'aide humanitaire. Celle-ci est par ailleurs devenue de plus en plus difficile en raison des attaques dirigées contre le personnel humanitaire.

Le Secrétaire général déplore aussi l'ampleur de la violence sexuelle et sexiste que subissent les femmes et les filles dans la région.

Enfin, Ban Ki-moon dénonce les nombreuses attaques dont fait l'objet le personnel de la Mission de l'Union africaine et de la Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.