Cette fois, l&#39ONU ne quittera pas Haïti avant la construction d&#39un avenir solide, promet Ban Ki-moon

2 août 2007

La communauté internationale ne doit pas faire marche arrière et laisser ceux qui souhaiteraient gâcher les progrès réalisés à Haïti remporter la mise, a estimé aujourd&#39hui Ban Ki-moon, en visite officielle dans le pays pour deux jours.

« Cette fois, les Nations Unies qui ont été présentes dans votre pays cinq fois par le passé, ne partiront pas tant que l'avenir ne sera pas assuré », a déclaré le Secrétaire général lors d'une conférence de presse après un entretien avec le Président René Préval et le Premier ministre Jacques-Edouard Alexis.

Ban Ki-moon a rappelé qu'Haïti était un état fondateur des Nations Unies qui a joué un rôle essentiel dans la lutte pour décoloniser l'Afrique.

« Le pays a de nombreuses raisons d'être fier de lui et la présence de soldats et de polices d'autres Etats membres de l'ONU ne doit pas être perçu différemment de ce qu'il est : un engagement soutenu et amical », a-t-il rappelé.

« Personne ne peut nier que la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), depuis son déploiement en 2004, a énormément contribué à la stabilisation de la situation dans les secteurs politiques, sociaux et économiques », a ajouté le Secrétaire général.

Il s'est spécialement réjoui des progrès importants effectués en matière de sécurité, qui doivent toutefois encore être consolidés, notamment dans la promotion de l'état de droit.

Ban Ki-moon a aussi apporté son soutien à la lutte contre la corruption engagée par le Président haïtien.

« Le moment est venu de reconstruire les institutions qui ont été détruites par des années de négligences, de corruption et de violence, et de les renforcer afin que l'Etat soit en mesure de fournir les services dont la population a besoin », a-t-il insisté.

« Malgré les succès dans la démantèlement des gangs et les améliorations de l'ordre public, les progrès opérationnels restent fragiles », a estimé le Secrétaire général.

A cet égard, la coopération est essentielle à tous les niveaux, ce en quoi les Nations Unies demeurent engagées.

La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) est notamment en place afin de créer les conditions nécessaires pour que les autorités haïtiennes, les agences de l'ONU, les Fonds et programmes et les donateurs internationaux puissent mettre en oeuvre la stratégie nationale de développement dans les zones urbaines les plus pauvres, en particulier à Port-au-Prince, a rappelé le Secrétaire général.

Le Secrétaire général a enfin salué la contribution d'Edmond Mulet, son Représentant spécial dans le pays, qui sera remplacé par Hédi Annabi, afin de devenir Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.