Zimbabwe : l&#39insécurité alimentaire s&#39aggrave, le PAM réclame 118 millions de dollars

1 août 2007

Le PAM a lancé aujourd&#39hui un appel aux donateurs pour 118 millions de dollars afin d&#39étendre massivement ses opérations au Zimbabwe et venir en aide à près de 3,3 millions de personnes confrontées à des pénuries de nourriture.

« Des centaines de milliers de Zimbabwéens commencent déjà à manquer de nourriture et plusieurs millions d'entre eux vont dépendre de l'assistance humanitaire avant la fin de l'année », a prévenu Amir Abdulla, Directeur du PAM pour l'Afrique australe, dans un communiqué publié à Johannesburg.

« Le PAM envisage de nourrir dix fois plus de personnes qu'actuellement ces huit prochains mois, afin d'éviter la menace de faim généralisée qui pèse sur le pays ; mais pour cela, nous avons besoin de plus de donations, et nous en avons besoin immédiatement », a-t-il plaidé.

Le Programme dispose déjà de 138.000 tonnes de nourriture en réserve ou en cours de route pour le Zimbabwe mais il aura encore besoin de 207.000 tonnes de céréales et d'autres denrées, pour un coût de 118 millions de dollars, afin de pouvoir augmenter ses activités dans le pays jusqu'à la récolte d'avril 2008.

Sans fonds supplémentaires, ses réserves seront faibles dès le mois de septembre, et totalement épuisées en décembre, juste au moment où la crise alimentaire devrait atteindre son paroxysme.

Le PAM vient actuellement en aide à 300.000 personnes chaque mois au Zimbabwe. Dès septembre, il envisage d'acheminer de l'assistance vers plus dƇ,3 million de personnes à travers son programme alimentaire à destination des groupes vulnérables, un chiffre qui atteindra 2,5 millions en octobre et 3,3 millions au mois de novembre, jusqu'au mois de mars.

Ces chiffres ne seront toutefois pas atteints sans les donations adéquates et opportunes.

En plus de ces actions, un groupe d'organisations non gouvernementales (ONG) soutenu par les Etats-Unis, connu sous le nom de C-SAFE, envisage de distribuer de la nourriture à 800.000 Zimbabwéens vulnérables, portant le nombre de personnes aidées à 4,1 millions, ce qui correspond à l'estimation des besoins qui ressortait de la Mission d'évaluation conduite avec l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) au mois de mai dernier.

De faibles récoltes alliées à la détresse économique qui s'aggrave dans le pays ont mis des dizaines de milliers de familles, dans les zones rurales comme dans les zones urbaines, dans des situations de pénurie alimentaire, en particulier dans les provinces touchées par la sécheresse.

Les difficultés sont encore aggravées par la forte progression de la pauvreté, l'hyperinflation et les conséquences dévastatrices du VIH/sida.

Sans assistance, les familles vulnérables en seront réduites à des options risquées de survie : avoir recours à des aliments sauvages potentiellement toxiques, vendre leurs derniers biens, se prostituer en échange de nourriture ou passer illégalement la frontière vers l'Afrique du Sud.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.