Bas-Congo : Le HCDH dénonce le recours à la force brutale par l&#39armée et la police

27 juillet 2007

Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l&#39homme (HCDH) déplore aujourd&#39hui le recours excessif et indiscriminé à la force par la police et l&#39armée congolaise dans leur répression des manifestations dans la province du Bas-Congo, en République démocratique du Congo (RDC).

« Tout en soulignant que les deux parties portaient une responsabilité dans les violences, la Haut Commissaire aux droits de l'homme, Louise Arbour, a déploré l'impunité dont jouit les forces de l'ordre », a rapporté aujourd'hui la porte-parole du Secrétaire général lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

Louise Arbour a aussi déploré le fait que les civils impliqués dans ces événements soient jugés devant des tribunaux militaires, ce qui constitue une claire violation des normes internationales dans le domaine des droits de l'homme.

La Haut Commissaire avait récemment exprimé sa préoccupation face à l'acquittement de tous les inculpés, militaires et civils, membres de l'armée congolaise, accusés d'exactions dans la ville de Kilwa, au Katanga, appelant la République démocratique du Congo (RDC) à adopter la loi qui permettra de mettre en oeuvre le Statut de la Cour pénale internationale dans le droit interne du pays (dépêche du 5.07.2007).

Lors d'une visite dans la région, elle avait appelé les autorités à « poursuivre et juger les criminels, notamment dans le cadre de violences sexuelles « épouvantables et quotidiennes », exhortant à mettre fin à l'impunité (dépêche du 31.05.2007).

De leur côté, les rapports de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) font régulièrement mention des exactions commises par les policiers et par l'armée dans le pays (dépêche du 17.05.2007).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.